logo Le moteur de recherche de la télé

Soins dentaires, les racines du mal


diffusion le jeudi 6 février 2020 à 1h10 sur France 5

– Après un accident de moto, il perd toutes les dents du haut. En 2012, Dentexia lui pose des implants. Débute alors un chemin de croix à cause d'une infection sous un bridge mal posé.
– Je me suis gargarisé à la Javel. Pendant des semaines j'ai dû boire de l'eau glacée pour anesthésier ma dent douloureuse. Je devais transporter constamment avec moi une bouteille d'eau pour faire passer de l'eau dans mon bridge. Un jour, j'étais dans un parc pour enfants, j'avais pas pris ma bouteille etj'ai bu de l'eau dans une flaque pour me soulager.
– Le collectif est aujourd'hui l'unique planche de salut des victimes de Dentexia, usées par des mois d'errance médicale.
– Mes implants étaient tellement mal posés, que j'ignore si on pourra me faire la suite des travaux tels que prévus. Je suis pressée de tourner la page. C'est épuisant.
– J'ai 23 000 E dehors, et il me manque 5 dents, Quand j'ouvre la bouche, c'est pas beau, doncje souris moins etje ne mange que d'un côté depuis 3 ans. les gosses me lancent des cailloux. Je plaisante, pour les cailloux.
– L'affaire doit être jugée. Des centaines de plaintes ont été déposées pour abus de faiblesse et escroquerie. Pour comprendre ce qui se cache derrière le scandale Dentexia, nous avons rendez-vous, à Genève, avec le Dr Pagès. Au coeur du système, ce dentiste contrôlait les protocoles médicaux des cliniques. Il accepte de témoigner pour faire entendre sa vérité. Le Dr Pagès affirme avoir alerté sa hiérarchie, en vain. Il nous révèle la face cachée du système Dentexia.
– Les dentistes, ils n'étaient pas recrutés par des chefs de centres ou des confrères, mais par des personnes entièrement extérieures au métier, et par téléphone.
– Le Dr Pagès estime que ces recrutements hasardeux sont la cause des malfaçons.
– Je voyais des poses d'implants qui étaient faites en dépit du bon sens. Je téléphonais pour dire : "Il faut dire à ce docteur "qu'il faut dévisser ça." On n'a pas voulu l'écarter, pour produire. Donc ils préféraient que des soins soient mal faits, mais soient faits et surtout facturés, à la limite, pratiquement facturés sans qu'ils soient faits.