logo Le moteur de recherche de la télé

Célébrité soudaine : comment garder les pieds sur terre ?

Ça commence aujourd'hui


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 1h20 sur France 2

– Je crois qu'ily a un nom pour ce syndrome. qu'on avait eu une histoire.
– Félix Bollaert : De Pérotomanie?
– Dr L_Karila: Oui. La conviction délirante d'être aimé, c'est l'érotomanie_
– Doushka Esposito : Comment?
– Dr L_Karila: Erotomane_ Ce n'est pas un nom de super-héros.
– Félix Bollaert : C'est perturbant dans quel sens? Là, on peut en sourire, mais ça vous a déstabilisé.
– Damien Jouillerot : Une personne que vous ne connaissez pas dort sur votre palier. Quand vous sortez, elle essaie de vous agripper_ Elle veut entrer dans une intimité qui n'est pas la sienne. Après, je comprends. Elle me connaît, mais pas moi. C'est le principe des gens qui vous arrêtent dans la rue. Dans un sketch, J_Villeret disait: "C'est moi qui t'ai vu à la télé hier soir?" Cette phrase est drôle. Je ne peux pas en vouloir aux gens de venir me voir. Je ne les connais pas. Je suis très timide, de base. Quand les gens viennent me féliciter, c'est compliqué. Je n'ai aucunes félicitations à leur dire. Je ne sais pas ce qu'ils font. C'est toujours compliqué.
– Félix Bollaert : C'est drôle que vous vous demandiez ce que VOUS POUVEZ rendre. Vous ne savez pas quoi leur dire.
– Damien Jouillerot : Quand on me donne, j'ai envie de rendre. Tous les matins, je ne vais pas féliciter mon boulanger. Je ne vais pas faire un selfie parce que sa baguette est mortelle.
– Félix Bollaert : Vous faites juste votre métier.
– Damien Jouillerot : Voilà.
– Félix Bollaert : C'est le syndrome de Pusurpateur?
– Dr L.Karila: Il y a cette timidité, cette peur du danger... On essaie d'éviter les situations dangereuses. Pour lui, c'est quelqu'un qui veut faire un selfie. C'est une sorte d'agression... Enfin, ça peut être vécu comme ça.
– Félix Bollaert : Une familiarité. Nadège a ressenti ça. C'est encore plus vrai pour la télé. On est dans le salon des gens. Vous, on vous a vue vous brosser les dents. Les gens ont eu l'impression de vivre avec vous.
– Nadège Lacroix : Les gens venaient carrément me donner leur opinion sur ma vie personnelle. C'était virulent. A l'époque, j'étais amoureuse d'un garçon. On venait me dire que je devais me battre pour lui!