logo Le moteur de recherche de la télé

Célébrité soudaine : comment garder les pieds sur terre ?

Ça commence aujourd'hui


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 1h20 sur France 2

– J'étais avec des adultes... J'adorais ça. Je me suis toujours senti différent des jeunes de mon âge. Je n'avais pas beaucoup de copains. Par contre, j'adorais dessiner, écrire etjouer. Ça évolue avec le temps, mais dans cette école, on apprenait des métiers manuels. j'écrivais des pièces de théâtre etje dessinais. Je n'étais pas le bon copain. Ça a totalement changé ma vie. Sur un coup de fil, même s'il ne s'en rend pas compte,
– Félix Bollaert : C'était une revanche.
– Félix Bollaert : On est presque 20 ans plus tard. Que vous acceptiez d'en parler avec autant de fraîcheur et de tendresse... Vous êtes un comédien épanoui. Vous avez cartonné dans "La Maladroite"_ Néanmoins, vous avez cette fraîcheur... "J'étais un petit garçon. Je n'étais pas très populaire." Vous avez gardé cette tendresse vis-à-vis de cette période.
– Damien Jouillerot : J'ai surtout une tendresse pour Gérard et pource film. Il a vraiment sauvé ma vie. Il m'a donné une chance de m'en sortir.
– Félix Bollaert : Vous vous ressemblez un peu!
– Damien Jouillerot : Il y a un truc.
– Félix Bollaert : Vous avez beaucoup plus de cheveux!
– Damien Jouillerot : Pour l'instant.
– F.Bollaért: La célébrité, puisque c'est le sujet du jour... Vous êtes devenu une petite star. On a commencé à vous reconnaître dans la rue, notamment dans ce village. Comment l'avez-vous vécu?
– Damien Jouillerot : Au début, c'était compliqué. On est passé du tutoiement au vouvoiement. Je ne comprenais pas.
– Félix Bollaert : A 15 ans.
– Damien Jouillerot : "Je t'ai piqué ton autoradio ily a 2 ans!"
– Félix Bollaert : C'est drôle.
– Damien Jouillerot : C'était perturbant. Le plus perturbant, c'était à l'école. Lors du casting, j'apprends un métier. Je suis en maison familiale. Je reviens dans cette école après le tournage. C'est la sortie du film. L'année d'avant, j'étais une victime. On m'a fait les pires crasses du monde. Là, je suis respecté ou jalousé_ Je trouve ça bizarre. Le truc plus sympa, c'est que les filles s'intéressent à moi. Je ne vais pas me plaindre.
– Félix Bollaert : Ça vous a déstabilisé? Au début, on vous crachait dessus. Après, on vous vouvoie.