logo Le moteur de recherche de la télé

Célébrité soudaine : comment garder les pieds sur terre ?

Ça commence aujourd'hui


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 1h20 sur France 2

– Félix Bollaert : Vous ne vous étiez même pas intéressé à votre cachet?
– Damien Jouillerot : Je savais que je gagnais plus que ma mère, de base. Je trouvais ça incroyable. Je n'étais pas attiré par ça. Moi, je voulaisjouer. L'argent était un plus qui me permettait de sortir, de manger au restaurant, des choses que je ne faisais pas enfant. Après, j'ai eu les poches percées. Quand j'avais envie de me faire plaisir, je me faisais plaisir. A un moment, tout est arrivé sans quej'aie beaucoup besoin de travailler. J'avais cette facilité pour décrocher les castings, apprendre les rôles. Je m'en suis servi en me disant: "C'est bon, je n'ai rien à craindre carje suis bon_" Ca, ça a changé. Des bons comédiens, vous en trouverez plein. La différence, c'est ceux qui travaillent beaucoup pour arriver à un bon niveau. J'explique toujours ça à mon fils, qui a ce truc de facilité. "Ça ne suffit pas, la facilité_" La facilité, ça fait la blague pendant des années, mais ily a un moment... Un sportif, s'il n'arrive pas 2 heures avant le matin et qu'il ne repart pas 2 heures après le soir, je ne suis pas sûr... Ça fera illusion pendant quelque temps.
– Félix Bollaert : Il n'y avait pas les réseaux sociaux, tous les commentaires...
– Damien Jouillerot : C'était le début d'Internet_ Moi, je fais des fautes d'orthographe. La 1re critique que je vois sur Internet, c'est une fille qui dit: "Oh là là, il est tellement moche qu'il devrait se suicider."
– Félix Bollaert : Oh...
– Damien Jouillerot : J'avais 17 ans. Maintenant, je la comprends! Non, non...
– Félix Bollaert : Vous êtes super mignon.
– Damien Jouillerot : Cette critique
– Félix Bollaert : C'était un hater sur Internet, c'est-à-dire quelqu'un qui a dû dire exactement la même chose à Anthony Delon 3 jours après. C'était une gratuité... Mais vous, vous vous l'êtes pris de plein fouet.
– Damien Jouillerot : Je ne suis pas le mec le plus rassuré du monde avec mon physique. Et puis, à 17-18 ans, c'est un âge où vous voulez séduire, où vous vous cherchez... Tu te prends ça et tu te dis: "Tu asjugé mon physique et pas ma performance." C'est triste.