logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 8h10 sur France 2

– J'ai aussi toutes les fiches de vocabulaire que ma prof d'allemand nous a données depuis le début de l'année.
– Depuis décembre, Louise révise les 3 épreuves du programme: histoire-géo, anglais et allemand. Elle parle en allemand.
– LSchwarz: Pour nous, c'est un peu difficile de savoir à quoi s'attendre pour ces nouvelles épreuves du bac. On n'a aucune référence, aucun autre bac pour prendre exemple dessus. A part les quelques sujets zéro, c'est difficile de vraiment prévoir et réviser exactement ce qu'il faut. Je pense que c'est un peu comme n'importe quel autre contrôle qu'on va passer. C'est comme ça que la plupart de nos professeurs nous le présentent.
– Si les professeurs de Louise ont rassuré leurs élèves, d'autres enseignants sont très inquiets. Le syndicat majoritaire dans le 2d degré, le SNES-FSU, appelle à l'annulation et au boycott des épreuves.
– Svenetitay: En tant qu'enseignants, nous faisons de nombreux reproches à ce nouveau bac. C'est un baccalauréat qui nous a mis en difficulté professionnelle, puisqu'il nous met dans une course à l'évaluation. On passe beaucoup de temps à évaluer nos élèves pour avoir des notes. Du coup, on a moins de temps pour faire progresser nos élèves. Par ailleurs, nous avions très peu d'informations quand nous avons commencé l'année. Avec les terminales, quand on commence l'année au mois de septembre, on peut leur dire qu'il y aura telle ou telle épreuve dans 9 mois. On va se préparer comme ça. Avec les premières, nous n'avions aucune information. On a passé un trimestre dans le brouillard le plus complet. Les informations sont arrivées au compte-gouttes à partir de novembre. On a finalement découvert que la banque nationale de sujets n'était pas prête, qu'il y avait des sujets hors programme. Tout ça nous fait dire aujourd'hui que rien n'est prêt et que nous n'avons pas été en mesure de faire correctement notre travail.
– Du côté des parents, la FCPE, l'association des parents d'élèves, lance une grande enquête en ligne pour cerner les différentes inquiétudes.
– Rosa Arenas : Aujourd'hui, les conditions ne sont pas réunies pour que l'examen se passe dans des conditions normales.