logo Le moteur de recherche de la télé

Météo à la carte


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 12h55 sur France 3

capture
– Ça évite de déformer l'avant des sièges.
– Son savoir-faire, c'est la restauration des sièges.
– Je suis tapissier.
– On dit bien "tapissier". Mis au féminin, c'est un autre métier.
– C'est une histoire d'Histoire.
Le tapissier suivait les rois dans les guerres. Il organisait l'intérieur des tentes. Il a été sacré chevalier. Un chevalier ne peut pas être au féminin. Maintenant, on peut exercer des métiers masculins. Dans la corporation des tapissiers, un tapissier est un tapissier, même si c'est une femme.
capture
– Moi, je suis relieur,
– La relieuse, c'est la machine. Le relieur restaure les livres, comme Armelle. Les livres s'altèrent au fil du temps à cause de l'humidité.
– Je fais tout à l'ancienne. Si on se met dans une bonne position, ça fait du sport. Je passe d'une bible du XVIIe siècle à un livre du XXIe siècle. Je peux passer du très sérieux au moins sérieux. Il y a des livres coquins!
– La restauration d'un livre peut demanderjusqu'à 18 étapes. Certaines sont dépendantes de la météo. Couper, taper, coudre, broder,
– Le bruit que fait le fer sur l'éponge me dit la température.
– Il y a 20 ans, Armelle a été le 1er artisan d'art à installer son atelier à Beaulieu-sous-la-Roche. Ils sont 12 à faire vivre le village, aujourd'hui.
– Je suis en admiration devant le travail des autres artisans. Je ne sais pas faire leur métier. J'adore les voir faire. Pour bien centrer la pièce, il faut serrer assez fort. Il faut de la pression et de la vitesse. Voir la terre qui se déplie entre mes doigts, c'est magique.
– Marie-Claire est un autre artisan
– Je suis céramiste.
– C'est sa passion pour l'archéologie qui l'a menée à la poterie, l'un des plus vieux artisanats du monde. Pour sa collection, elle s'inspire de céramiques antiques.
capture