logo Le moteur de recherche de la télé

Chroniques d'en haut


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 9h10 sur France 3

– On est donc contents d'avoir le funiculaire
– Retour à bord du Bernina Express. La croisière ferroviaire continue et nous emmène dans la vallée suisse de l'Engadine, où se situe Saint-Moritz, une station mondialement réputée dont le succès est intimement liée à l'histoire du train. Symbole de richesse et de haute société, elle est un peu comme Monaco au coeur des montagnes enneigées. Pour saisir l'histoire de ce monde fermé, Laurent rencontre Susi, une guide du patrimoine, sur le lac gelé qui s'étend au pied des palaces.
– Susi, on est sur un lac gelé ?
– Ouais, mais c'est solide. J'espère...
– Ily a au minimum 30cm de glace. Donc, c'est sûr.
– C'est bien gelé ?
– Là où il y a des traces, oui.
– Oui, on va pas se balader là-bas.
– Ce lac est vraiment un atout de Saint-Moritz. L'été, on y fait des sports nautiques et en hiver, chose incroyable, on y fait du polo... Polo sur neige. Comment est-ce possible ? Vous l'avez inventé car il n'y avait pas le choix ?
– En effet. Ici, on a 7 mois d'hiver, et 5 mois où il fait froid. On fait sur le lac ce qu'ailleurs on fait sur les prés. Je crois que cela n'existe qu'à Saint-Moritz. Tu as aussi du "ice cricket".
– C'est ça.
– L'histoire de Saint-Moritz est liée aux 1ers touristes anglais. Grâce au train, ils ont pu accéder plus rapidement à cette vallée reculée et donner naissance au tourisme hivernal.
– On remercie beaucoup les Anglais pour ça. Tu vois l'hôtel Kulm, en jaune ?
– Oui.
– Il a été ouvert pas notre pionnier, Johannes Badrutt, les Anglais venaient souvent dans les montagnes. Il souhaitait ouvrir son hôtel
– En hiver.
– Oui, mais il n'y avait pas encore de tourisme. Il a tenté de convaincre 4 Anglais de venir en hiver, mais ils ne voulaient pas.
– Trop froid...
– Alors, il leur a proposé de venir et de rembourser leurs voyages, au cas où ça ne leur plairait pas. Sinon, ils pourraient rester à leur guise, sans payer.
– C'était un malin. Il a préféré perdre de l'argent au début pour attirer des Anglais qui feraient ensuite la promotion de la station. C'est étonnant d'imaginer que ce petit village montagnard de bergers et de paysans est devenu une station huppée, avec des palaces, des têtes couronnées...