logo Le moteur de recherche de la télé

Chroniques d'en haut


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 9h10 sur France 3

– Bonjour à tous ! Je vous emmène faire un voyage hors du commun, à travers les Alpes rhétiques, entre la Suisse et l'Italie, à bord d'un train si exceptionnel qu'il est classé au patrimoine mondial de l'humanité. C'est très impressionnant d'être ici en train. Aujourd'hui, il fait beau mais en cas de tempête de neige, comment le train peut-il passer ? Le Bernina Express traverse des panoramas somptueux. Son histoire est étonnante. Bienvenue dans le magazine de la montagne, "Chroniques d'en haut". Annonce en gare en allemand. toujours plus fou, le chemin de fer suisse est celui de tous les superlatifs. Les Helvètes ont conquis par le rail les plus hautes montagnes. De la gare la plus haute d'Europe aux trains à crémaillère les plus spectaculaires, ils ont accompli l'harmonie du train dans la montagne. Pourquoi rien n'arrête les trains suisses ? Pour le savoir, Laurent a choisi la ligne mythique du Bernina Express qui part de la petite ville de Coire. C'est, à l'est de la Suisse, la capitale du canton des Grisons.
– C'est le petit matin dans la gare de Coire, et comme dans n'importe quelle autre gare, il y a des gens pressés qui vont au travail. Mais cette gare est aussi le point de départ de la plus belle croisière ferroviaire des Alpes. Du canton des Grisons à l'Italie, à travers des panoramas somptueux, je vous emmène avec moi. Sifflet du chef de quai.
– Dans les trains suisses, on est bien installés. Ici, des vitres panoramiques permettent de voir au-dessus de soi. C'est parti pour 4 heures, il y a un service de bord. Je vais commander un café. 4,5 euros, c'est la Suisse...
– Du lait? Du sucre ?
– Non, nature. Elle devrait m'en rendre. Mais c'est pas sûr... Ils rient.
– Le Bernina Express franchit les Alpes du nord au sud. Plus de 4 heures de croisière, pour 130km environ, entre Coire et la ville italienne de Tirano, en passant par la station de Saint-Moritz. Un parcours audacieux dans les montagnes, pour franchir falaises, précipices et canyons et atteindre un 1er col à 1 800m, au fond de la vallée de l'Albula. Un défi de construction d'ouvrages d'art pour la fin du 19e siècle, qui ont valu au Bernina Express le classement au patrimoine mondial de l'humanité en 2008 et dont Roman Cathomas s'est occupé pour les Chemins de fer rhétiques.