logo Le moteur de recherche de la télé

Les témoins d'outre-mer


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 8h40 sur France 3

– Comment ça se passe, en cuisine?
– Louise Denisot : Ça se passe bien. Je suis en train de paner les aiguillettes de poulet avec un mélange de chapelure japonaise, un peu plus grossière que celle qu'on a l'habitude d'utiliser, et qui dore très bien. On peut aussi utiliser des biscottes écrasées mélangées à de la noix de coco. C'est simple. Un petit passage dans l'oeuf, dans la farine, dans la panure et il n'y a plus qu'à faire cuire.
– Nella Bipat : A tout à l'heure. Je vais vous emmener en Guyane. Nous allons retrouver ce territoire qui nous fait vibrer pour la richesse de sa biodiversité. Vu d'en haut, c'est encore plus beau. C'est ce que nous racontent 2 pilotes d'ULM.
– La Guyane vue d'en haut. Un panorama à couper le souffle sur la rivière Montsinéry et la forêt amazonienne qui s'étend à perte de vue. Tous les jours, ces pilotes d'avion emmènent des passagers à plus de 600 m d'altitude faire un tour de la région. Un moyen de s'évader, pour Guillaume.
– Je pense que l'ULM est plus vivant, que c'est plus un sport à sensations. On est directement dans le bain du contact de l'air. C'est sans doute plus ludique, au départ, que l'avion. Ce qui est important, c'est de voler, peu importe le poids et la taille de la machine, c'est de réaliser notre rêve: jouer à l'oiseau.
– Samedi, ce sera 8h.
– Pascal a créé cette hydrobase il y a 5 ans. Ce passionné d'aviation veut faire découvrir la Guyane SOUS un angle nouveau.
– Il n'y a pas de montagnes, on ne peut pas avoir des points de vue culminants. Monter à 600 m de haut pourvoir le tour de l'île de Cayenne, c'est magnifique.
– Un argument touristique qui fonctionne. Pascal effectue près de 100 000 baptêmes par an. Karine s'est fait offrir le sien par son mari.
– C'est parti! C'est intéressant de vous connaître.
– Alors, ce 1er tour?
– C'était génial. Un pur régal. Il faut vraiment le tester. Je recommande vraiment.
– L'hydravion est léger. Il peut se poser à peu près partout tant qu'il y a de l'eau. Plus de 50 fleuves en Guyane sont praticables par ces engins. Savoir les piloter est une autre histoire. Pascal et ses équipes sont également instructeurs.
– L'hydro est un peu plus compliqué que le pilotage avec atterrissage SU l' roues. On rajoute au moins une dizaine d'heures car il y a tout le côté maritime qu'il faut prendre en compte. On compte en moyenne une quarantaine d'heures POUF une personne normale.
– Pascal totalise plus de 6000 heures de vol. Guillaume, lui, ne se lasse jamais de ces virées en altitude, dont une en particulier.
– C'est parti pour le dernier vol de la journée, le meilleur, le plus calme.
– Ces aviateurs font également passer des baptêmes de l'air auprès des jeunes. Il est possible de passer son brevet d'ULM dès l'âge de 15 ans.
– Nella Bipat : Avec la lumière de fin de journée, magnifique! Vous vous rendez compte: C'est impressionnant