logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 13h55 sur France 2

– Il y a une décorporalisation___ On a tendance à se dissocier. "Ce n'est pas moi qu'il touche. Ce n'est que mon corps. Ce n'est qu'une enveloppe_" Sauf que quand on arrête, on se rend compte qu'on est dans ce corps. Il y a une accumulation des sensations. Ça n'a pas duré très longtemps chez vous. Ilva yavoir tout un travail à faire pour vous réapproprier votre féminité, votre sexualité et votre corps. Il vous appartient. Vous avez le droit d'en jouir quand vous voulez.
– Nina: Quand je me rendais là-bas pour pratiquer, j'avais un pseudo. C'était comme une sécurité. Je me disais que ce n'était pas moi, C'était ma sécurité.
– Félix Bollaert : Vous aussi, vous aviez des pseudos.
– G_Rappet: Ily a une totale dissociation. "Ce n'est pas moi qui le fais, mais une autre personne." Ça peut passer par des rituels: se doucher, se pouponner, se maquiller différemment de la vie quotidienne, porter des vêtements qu'on ne porteraitjamais... On se cache. Quand on rentre, on enlève tout ça et on redevient la personne qu'on est. Ça dépense beaucoup d'énergie de faire ce genre de choses. La frontière devient de plus en plus mince et vaporeuse_ Ça peut nous rattraper. Quand ça continue des années, on se rend compte que les personnes qui se prostituent souffrent du même stress post-traumatique que les soldats qui ont livré une guerre féroce. Ce n'est pas anodin. Ça engendre de grosses pathologies, même au niveau neurologique.
– Félix Bollaert : Ça arrive souvent, des mères de famille qui peuvent plonger dans la prostitution?
– N_Le Brun: Oui. Avec la crise financière, le plus vieux métier du monde embauche de plus en plus. Les personnes démunies trouvent dans la prostitution une source financière. La pauvreté a été identifiée par les femmes comme un facteur favorisant leur entrée C'est un moyen pour elles de subvenir aux besoins de leur famille, de leurs enfants. A moyen terme, ça induit des problèmes Psychologiques. Ça a un impact sur la santé et sur les enfants. Les enfants voient tout. Ils comprennent.
– Félix Bollaert : Sans comprendre, ils ont vu votre détresse.