logo Le moteur de recherche de la télé

La belle, la bête et l'entraîneur

Le Renard


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 13h50 sur France 3

capture
– J'ai perdu l'enfant. Au 6e mois.
– Une fausse couche ?
– Karl et moi nous voulions des enfants. Quand je suis enfin tombée enceinte j'avais 40 ans. Après ça, il était clair que je n'aurais plus d'enfant.
– Et vous gardez ça au sous-sol.
– Je les avais rangées là après la séparation quand je suis partie. Je n'ai pas eu le coeur de m'en débarrasser.
– Racontez-moi. C'était comment chez les Weidinger ? C'était un couple de rêve ?
– Oh oui ! Elle était le grand amour de sa vie. C'est terrible pour lui.
– Et pour Minou. Pour une jeune femme, c'est pas facile d'être avec un homme
– Elle était sur un piédestal. Elle avait tout. L'argent, les vêtements, les bijoux. A la naissance d'Anton elle a eu un collier de 20 000E.
capture
– Il était magnifique.
– Et il n'y avait jamais de tensions ?
– Un peu. Comme dans tous les couples.
– "Un peu", comment?
– Mme Weidinger voulait retravailler comme comédienne. Il trouvait que c'était trop tôt.
– Le jour de l'enlèvement vous avez remarqué quelque chose à la villa, aux alentours ?
– Non, c'était comme d'habitude. Vers 17h, Mme Weindinger m'a dit que je pouvais rentrer.
– Elle ressortait ? En tout cas, elle n'a rien dit.
– Vous devez tout nous dire si vous savez quelque chose. Et vous auriez remarqué certaines personnes ces derniers jours avec des comportements bizarres ? Des disputes ? Des menaces ?
– Oui. On se promenait au jardin anglais avec le petit et on est tombées sur l'ex-Mme Weidinger.
– Son ex-femme ?
– Elle a pété les plombs. C'était horrible.
– Pourquoi ?
– Elle l'a traitée de "petite traînée". Je me suis éloignée avec la poussette.
– On a trouvé des affaires de bébé au sous-sol qu'elle aurait achetées il y a des années.
– Cherchez l'ADN et les traces de fibres.
– L'ex-Mme Weidinger avait la rage au ventre. Elle s'en est prise verbalement à Minou d'après la baby-sitter. Et les services de l'hygiène m'ont dit qu'en ce moment chez les restaurateurs il y a une guerre pour éliminer les concurrents.
– C'est vrai. Regarde les terrasses des bistrots le dimanche.
capture