logo Le moteur de recherche de la télé

Le magazine de la santé


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 13h40 sur France 5

capture
–  Si un patient me dit qu'il fait un autocontrôle et que sa tension est plus élevée depuis qu'il est passé au générique, ilva falloir que je fasse faire des prises de tension sur 24 heures pour montrer qu'avec le générique, on est moins efficace qu'avant? Ce qu'on demande à tous les médecins généralistes français, c'est de ne pas appliquer cet arrêté et de continuer comme ils le faisaientjusqu'ici: on met "non substituable" quand on estime que le patient doit avoir la molécule princeps et non pas le générique.
– En bout de chaîne, les pharmaciens ont à faire face au mécontentement des patients.
– On pense que c'est nous qui voulons leur faire payer les médicaments, mais c'est une réglementation nouvelle établie par le gouvernement et la Sécurité sociale. Ce n'est pas de notre fait. On doit appliquer la réglementation pour un problème d'économie globale.
capture
– Parmi les causes de mécontentement de patients, le prix. Ceux qui souhaitent conserver leur médicament initial doivent désormais payer la différence. Par exemple, ce médicament utilisé pour les troubles bipolaires.
– Le prix de base: 54 euros. Le prix du générique: 28 euros. La différence devra être payée par le patient s'il veut absolument le princeps.
– D'après l'Assurance maladie, le taux de substitution des génériques par rapport aux princeps est actuellement de 80 %. Une proportion qu'elle souhaite faire augmenter dans l'année à venir.
– M.Carrère d'Encausse: 4000 rendez-vous en une journée, c'est ce qui s'est passé dans un cabinet d'ophtalmo à Charleville-Mézières. Le cabinet a ouvert ses portes la semaine dernière. Les patients se sont précipités pour prendre rendez-vous.
– R.Boxelé: Ces 4000 rendez-vous ont été pris sur la plate-forme en ligne. L'agenda du médecin est rempli jusqu'en mai prochain.
– M.Carrère d'Encausse: Un énième exemple de désertification médicale. En région surtout, les spécialistes manquent. En moyenne, en France, il faut attendre 55 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmo. le Net avec E.Strack et le droit avec maître B.Bogucki.
capture