logo Le moteur de recherche de la télé

Passage des arts


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 13h05 sur France 5

capture
– Ils t'ont donné une perm ?
– Comment ça, une perm ? Je suis sorti hier, maman. Tu fais comme tu veux. Moi, j'ai pas le choix.
– T'es en train de signer ton contrat d'embauche.
– Avec un K ?
– K comme "kétamine". Fais un bisou. Ça porte bonheur.
capture
– Avec la découverte d'un jeune acteur remarquable. C'est une femme perdue, cette mère.
– Elle est très maladroite. Elle l'a élevé seule. Le père est parti. On sait pas très bien... En tout cas, elle s'est retrouvée avec cet enfant. C'est une femme très aimante, mais qui aime mal. Elle est incapable de s'occuper de son fils, et ce qui va se passer, c'est que le garçon va sortir de prison et il va essayer de retrouver une vie normale pour pouvoir subvenir aux besoins de sa mère, qui souffre de dépression, qui suit un traitement. Comme il a un casier, il n'a pas de diplôme, il trouve un boulot à hauteur de la somme qu'il devrait avoir pour soigner sa mère. Il ne la trouve pas et il va se mettre à vendre de la kétamine.
– C'est le déterminisme social. On a du mal à en sortir. Plus que les autres. Lui retombe, finalement.
– Oui. Ce qui m'intéressait dans le film, c'est que la kétamine est le sujet principal et le 1er rôle du film, si je puis dire. C'est vraiment la kétamine. Lui en vend, c'est interdit par la loi parce que c'est une drogue. Parallèlement à ça, la mère suit un traitement à base de kétamine. Donc, d'un côté, c'est pas autorisé et puis de l'autre, c'est censé soigner.
– Lui-même, qui aime sa mère aussi. Tout aussi maladroit avec elle. C'est très touchant dans le film. Cette relation d'amour filial qui se dit mal.
– Elle l'a pas éduqué. Elle a pas les mots, en plus. Elle ne sait pas faire et lui non plus. Rien n'est tendre entre eux. Les rapports sont âpres.
– Sarah Marx s'est appuyée sur une histoire vraie ?
– En tout cas, elle connaît bien certains détenus. Elle a fait un documentaire là-dessus. Elle a animé des ateliers d'écriture en prison. Et l'idée de ce film...
– Est venue comme ça.
– Oui.
capture