logo Le moteur de recherche de la télé

A tire d'ailes

La course pour la vie


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 10h10 sur France 5

– Les crécerelles ont une envergure inférieure à 1m, mais c'est par leur manière de se servir de leurs ailes qu'elles se distinguent. Cette maman repart déjà en chasse, à l'affût de petits animaux peuplant la prairie : souris, reptiles ou même insectes. Le champ vient d'être moissonné, ce qui attire beaucoup d'oiseaux. La Crécerelle a vu une souris. Elle vole en surplace puis fond sur sa proie. La technique du surplace est dure à maîtriser mais les crécerelles y excellent. En s'orientent face au vent, elles restent au-dessus d'un même point par des mouvements subtils des ailes et de la queue. Cela leur permet de cibler soigneusement leur proie avant d'attaquer. Une autre Crécerelle cherche une souris à rapporter à ses petits. Va-t-elle faire mouche ? Même son plongeon est contrôlé à la perfection. Rien cette fois-ci, elle va devoir recommencer. une autre aptitude remarquable : leurs yeux perçoivent les rayonnements ultraviolets. C'est ce qui va conduire notre Crécerelle jusqu'à sa proie.undefined
Cette souris se repère dans les herbes en déposant de l'urine sur son passage. Urine qui reflète les ultraviolets. A la surface du champ qu'elle observe, la crécerelle visualise les pistes de rongeurs sous forme de filaments colorés. Elle a la souris en ligne de mire, elle ajuste sa trajectoire pour préparer l'attaque. Le rapace est à la verticale de sa cible. Pour sortir gagnante de sa course pour la vie, la Crécerelle a dû déployer tous ses talents. Les crécerelles peuvent avoir jusqu'à 7 oisillons. Mieux vaut être un chasseur hors pair quand on a autant de becs à nourrir. Mais pour ces petits, la course pour la vie commence avant même qu'ils ne quittent le nid. Au moins l'un d'entre eux va sans doute mourir. Ils se disputent la nourriture car leur survie est à ce prix. Les oisillons trop chétifs ou trop faibles ne grappilleront pas la moindre bouchée. Seuls les plus forts survivront. Les paysages désolés de cet environnement désertique abritent un oiseau qui passe sa vie à guetter la mort des autres. Il va de carcasse en carcasse et ne laisse derrière lui que des squelettes décharnés.