logo Le moteur de recherche de la télé

La maison des Maternelles


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 9h20 sur France 5

– Si on n'a pas expliqué en amont... Il faut demander à la sage-femme ou à l'obstétricien de venir sur le lit et de raconter ce qui s'est passé. Cela empêche une grande partie des stress post-traumatiques. Cela paraît un devoir. Je demande aux femmes, au travers du label et de l'application: "Est-ce qu'on t'a revue?"
– Agathe Lecaron : Les maternités labellisées par le Collège des obstétriciens s'engagent à généraliser le rendez-vous prénatal du 4e mois.
– Dr A.Yamgnane: Le label, c'est une solution. L'entretien prénatal précoce est intéressant car c'est un moment où on peut, avec la femme et son conjoint, explorer la situation dans laquelle ils se trouvent par rapport à la grande aventure du devenir C'est un moment privilégié. Il faut que les sages-femmes soient formées. Il ne faut pas de psychologisation à outrance. Avec des gens bien formés, compétents, qui anticipent l'arrivée jusqu'en salle d'accouchement, la sortie de la maternité et le retour à domicile, qui savent prendre appui sur tous les gens du réseau pour pouvoir aider ces familles en fonction de leurs besoins... Il existe des parents vulnérables... Toutes les familles ont des points On s'appuie sur ces points de force pour réussir à enjamber sans tomber dans les trous. Ça suppose du temps et des moyens à mettre à disposition. L'entretien prénatal ne doit pas être une visite intimiste et voyeuriste de la vie des familles. Ça doit être structuré. Je suis ravie que le président de la République se soit emparé de cette question, du projet des 1000 premiers jours. On espère pouvoir se mettre d'accord sur le contenu.
– Agathe Lecaron : Combien de maternités ont le label?
– Pr I.Nisand: On l'a lancé en septembre. 80 maternités sont en train de faire le dossier. J'aimerais bien qu'à la fin de l'année 2020, ily ait 200 maternités labellisées, de manière à ce que l'on puisse dire que la bientraitance dans les maternités labellisées est à hauteur de tant. Jusqu'à présent, nous ne sommes pas capables de savoir combien de femmes sortent de la grossesse et de l'accouchement avec un souci psychologique ou l'impression désagréable que les choses ne se sont pas passées de manière optimale.