logo Le moteur de recherche de la télé

La maison des Maternelles


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 9h20 sur France 5

– Si la santé du bébé est en jeu, j'imagine qu'il n'y a pas vraiment de choix possible. Je voulais que vous m'éclairiez sur cette question.
– Bru Muller : J'ai l'impression qu'Aline touche du doigt une bonne chose.
– Dr A.Yamgnane: J'ai 50 ans. Ça fait 25 ans que je fais ce métier. Je ne fais que de l'obstétrique. Je n'ai jamais, dans l'exercice de mon métier, croisé une femme qui consente à avoir une épisiotomie. Si jamais ily a une femme qui consent et qui signe... On a affaire à des patientes qui disent que si le docteur doit faire, il faut qu'il fasse. Là où un certain nombre d'usagères nous ont amenés sur un faux débat, c'était de dire: "Prévenez-nous." Prévenir une patiente quand elle est "les 4 fers en l'air", ce n'est pas du consentement éclairé. Il n'est ni libre, ni éclairé. La discussion doit avoir lieu en amont. Quand vous menez cette discussion en amont, ce que j'ai fait dans mon travail, sous la pression des usagères que je fréquente beaucoup et que j'écoute avec attention, j'ai échoué. Les patientes m'ont demandé: "Docteure, qu'est-ce qui vous prend de me demander ça?" Le lien thérapeutique que j'avais noué avec ces femmes a été rompu. Moi, j'ai arrêté. La question de savoir si on fait une épisiotomie se discute pendant les mois précédant l'accouchement. Ça suppose de la continuité dans le suivi, de voir toujours le même médecin pour savoir ce qu'on propose. Les plus jeunes qui arrivent sont en meilleure posture que nous l'avons été sur ces sujets. On a un problème de contraintes. En 20 minutes, s'occuper de vérifier que tout va bien, suspecter des violences conjugales, vérifier que l'hyperémèse est très grave, prescrire des trucs... Ce n'est pas tenable.
– Pr I.Nisand: Le label a un rôle: faire baisser le taux d'épisiotomie. On a fait 2 fois des recommandations au Collège. Ily a des maternités où on ne comptait même pas le pourcentage d'épisiotomie.
– Bru Muller : Ily a la maternité célèbre de Besançon, qui est à 1 %, je crois. Ily a plus de déchirures du sphincter anal quand on ne fait pas d'épisiotomie, avec des séquelles qui peuvent être à vie.