logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 7h10 sur France 2

–  J_-P_Raffarin: Ils sont plusieurs à penser que le socialisme n'est pas mort et qu'il faut le réveiller. Il y en a une, mais elle a toujours pensé à ça.
– César Roux : E_Philippe explique que la grève à la RATP et à la SNCF n'a que trop duré. Nouvelle journée de manifestation aujourd'hui. Je précise qu'un policier a été blessé au Havre, hier. Le gouvernement ne parvient pas à clore cette séquence de grève. Pourquoi, à votre avis?
– J_-P_Raffarin: On est dans une sorte d'affrontement et on arrive au terme de l'affrontement. La grève va finir par coûter plus cher que la réforme. Ça pénalise les Français. Il faut arrêter cette grève. Nous sommes dans un face-à-face. Soit c'est E_Philippe, soit c'est P_Martinez_ Chacun son camp. Je le dis aux Français. Combien sont les grévistes sur la totalité de la France? On voit bien qu'il y a des millions de gens qui travaillent dans le secteur privé, qui se lèvent à 4h du matin, qui sontau travail et qui sont épuisés. Il y a aussi les commerçants qui perdent de l'argent. Tout cela est de la richesse nationale. Quelles sont les premières victimes? Ce sont les Français les plus fragiles. Il y en a qui trouveront toujours le moyen de s'en sortir.
– César Roux : Ca, vous pourriez le dire au gouvernement. Ily a quand même eu un compromis, une négociation. Je vois que le compromis a été entendu. Maintenant, il y a un débat parlementaire. Il y a des règles, des institutions.
– César Roux : Que dites-vous à P_Martinez? Ildit qu'ilva continuer à faire grève car il demande le retrait de la réforme.
– J_-P_Raffarin: Il n'y aura pas de retrait. Ily a une majorité au Parlement et elle décidera. Il faut respecter les institutions. On a des longs mois de discussions, on arrive à un compromis qui est sur la table. Il y a des gens qui sont pour. Ils doivent défendre la formulation. Maintenant, il est temps de décider. La concertation a duré. L'affrontement a eu une dimension trop violente. Aujourd'hui, on a besoin d'apaisement. Le Premier ministre et le gouvernement ont fait un effort important de compromis. Allons dans ce compromis.