logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 4h55 sur France 5

– l'été dernier. Elle est critiquée pour son absence de regards extérieurs d'universitaires, de sociologues. Des groupes de travail sont présidés par des préfets. Ça réduit le champ de réflexion pour faire évoluer les techniques. La France est l'un des seuls pays à combiner le LBD 40 et les grenades de désencerclement. Je crois qu'ily a aussi la Pologne. On est l'un des seuls pays démocratiques à combiner des armes non létales, mais qui sont quand même mutilantes. Au-delà des techniques et des armes utilisées, ily a un garde-fou dans le code de déontologie. Je pense à l'article sur le discernement. Cet article a été introduit en 2014 lors de la réforme du code de déontologie. Il s'applique aux policiers et aux gendarmes. "Dans l'exercice de ses fonctions, le policier et le gendarme doit faire preuve de discernement." Ça veut dire qu'il doit tenir compte de la nature des menaces, du délai qu'il a pour agir. Il doit choisir la meilleure réponse à apporter. Dans le cas de C.Chouviat, les policiers ont essayé de l'interpeller. Toute interpellation est une forme de violence. On n'interpelle pas de manière tendre. L'individu ayant son casque, les policiers auraient dû se dire qu'il y aurait des conséquences.
– César Roux : Il n'y a pas eu de discernement?
– Ivanne Trippenbach : Peut-être.
– César Roux : Dans ce code de déontologie, dans lequel on a puisé un autre article... "La relation avec la population est empreinte de courtoisie. Elle requiert l'usage du vouvoiement."
– Brice Teinturier : C'est un ancien reproche qui est fait par une partie de la population, notamment chez les plus jeunes. Les policiers les tutoieraient. Ils n'ont absolument pas de courtoisie.
– César Roux : Dernière question avant de passer au dernier reportage. Ily a un problème de recrutement?
– Axel Bauer : Pas vraiment. Après 2015, ily a eu un regain. Ily a un désespoir très important chez les jeunes recrutés, notamment chez ceux qui viennent à Paris et qui habitent à 8 dans un appartement collégial avec un traitement difficile et dont le seul souhait est de repartir en province le plus vite possible.