logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 4h55 sur France 5

– N'y a-t-il pas un effet cliquet? Comment revenir en arrière? Beaucoup de pression a été mise sur les forces de police. C.Castaner disait que les policiers étaient les derniers remparts de la République dans des discours hyperboliques. Il y a eu énormément d'attentes à l'encontre des forces de l'ordre. Ça a pu générer des dérives, des dérapages individuels ou plus largement tolérés dans l'institution. Ce qui est frappant, c'est la réaction des syndicats de police. On parle de rappel à l'ordre. Il s'agit d'un constat. Il existe une déontologie qui s'applique aux forces de police et de gendarmerie. Ça fait partie d'une hiérarchie. Une loi s'applique. Son coeur s'arrête. Il meurt 2 jours plus tard Hier, sa famille rencontre C.Castaner. Son père salue l'invitation du ministre de l'Intérieur, mais demande justice.
– Ça s'est bien passé mais on n'a pas de réponse concrète. S'ily a une nouvelle arrestation, ce sera toujours avec le même combat. J'appelle ça un combat.
– Les 4 policiers incriminés dans la mort de C.Chouviat n'ont pas été suspendus. Incompréhensible pour ses parents. Ils veulent des sanctions exemplaires.
– Je veux les voir tous les 4. J'espère qu'ils iront aux assises. Je n'arrive pas encore à le concevoir. Pour moi, mon fils est encore là.
– Une information judiciaire est ouverte pour homicide involontaire. L'IGPN, la police des polices, est chargée du dossier. L'avocat de la famille espère une enquête impartiale.
– L'IGPN a beaucoup de mal à enquêter sur les policiers. Il faudrait qu'il y ait une institution indépendante. C'est un problème grave. Si le lien entre la police et la population est rompu, toute la République est en danger.
– Pour l'avocat des policiers mis en cause, le plaquage était nécessaire car C.Chouviat était violent.
– Cette tragédie ne serait pas arrivée s'il n'était pas revenu outrager les policiers alors qu'ils étaient remontés dans leur voiture.
– Derrière cette possible bavure, des techniques d'interpellation sont critiquées. Le plaquage ventral et la clé d'étranglement sont pourtant privilégiés et enseignés à l'école de police.