logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 4h55 sur France 5

– On considérait que ce n'était pas très grave, mais qu'on n'allait pas aller au contact. Pendant des années, ça a été ça. Avec les "gilets jaunes", ily a eu un moment de bascule. L'exécutif a considéré, en regardant les enquêtes d'opinion, que cette casse matérielle était devenue inacceptable pour les Français, qui en avaient marre de voir les Champs-Elysées brûler. On pouvait se permettre d'avoir des blessés, mais plus des images qui fassent le tour du monde avec les Champs-Elysées en feu. On a changé la doctrine. On est allés au contact. On a créé les BRAV, les Brigades de répression d'actions violentes. Ces unités ne sont pas formées au maintien de l'ordre mais plutôt aux émeutes urbaines. Ces personnes sont confrontées à de la gestion des foules. Ce n'est pas leur métier. Ce changement a été acceptable par le gouvernement.
– César Roux : Par les Français aussi?
– Nicolas Chapuis : On a changé de préfet de police en mars. Le 1er mai, la priorité, c'était qu'il n'y ait pas de black blocs qui se forment. Le défilé est une catastrophe d'un point de vue démocratique. Des manifestants ne peuvent pas défiler un 1er mai car les forces de l'ordre veulent à tout prix empêcher la constitution d'un black bloc. Le cortège est envahi de gaz lacrymogènes. L'opinion se rend compte que ce changement de doctrine a des conséquences qui lui paraissent à nouveau inacceptables. La question de la mort du livreur est fondamentale. Ily a eu un point de bascule avec la mort de S.Maia Caniço. Un livreur qui travaille, quel que soit son comportement, n'a pas à mourir. On n'est plus sur une frange de "gilets jaunes" radicalisés qui représentent une partie de la population, mais sur une manifestation sur la réforme des retraites. et tout le monde peut être dans ce cortège. Tout le monde peut prendre ce croche-pattes ou ce tir de LBD.
– César Roux : On va faire machine arrière?
– Ivanne Trippenbach : La question est de savoir comment faire machine arrière. Depuis 4 ans, ily a eu une demande de sécurité de la part des Français, depuis les attentats de 2015. Avec la crise des "gilets jaunes", cette attente de sécurité et de maintien de l'ordre a été exprimée par le gouvernement.