logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 2h10 sur TF1

– Du fait de l'avoir perdu. Vous voulez faire une pause avant qu'on en parle ?
– Oui.
– Pardon, pour le retard, j'étais avec un patient.
– Je suis contente de te voir.
– Moi aussi, bébé. J'ai acheté les billets. Nous allons en Espagne. Tu es belle, quand tu dors.
– J'ai fait un cauchemar.
– Toujours le même ?
– Hum, hum. Il revient tout le temps.
– Stress post-traumatique.
– Merci, docteur. Mais je suis pas votre patiente. Musique inquiétante Tu es sûr que personne ne sait qu'on est là ? Et s'ils nous retrouvaient ?
– Il n'y a aucune trace de notre venue sur cette île. La maison est à des amis d'amis que je ne connais pas. T'inquiète pas, bébé, tu ne risques rien ici.
– En tout cas, la maison est superbe.
– C'est chouette, hein ? Attends de voir l'intérieur. Grincement Petit cri Alors ? Ton verdict ?
– C'est magnifique.
– Je te l'avais dit. Musique douce Chérie ? Je voulais te dire que... par mon travail et je suis très heureux de pouvoir être seul avec toi.
– Merci, mon coeur. Je vais aller explorer les lieux.
– D'accord. Bonne idée. Pars devant, je finis de décharger la voiture. Musique intrigante T'as vu ? Incroyable, hein ?
– Y avait une falaise comme celle-là là où j'ai grandi.
– Tu me l'avais jamais dit. Je faisais croire à mes parents que j'allais sauter.
– Typique de l'ado qui veut attirer l'attention.
– Sûrement. Je regrette parfois de pas l'avoir fait.
– Tu serais morte aujourd'hui.
– Et tu aurais une épouse digne de ce nom.
– Et je m'ennuierais à mourir.
– Je veux revivre normalement.
– Ça viendra, ma puce. Je te le promets.
– On est venus ici pour être ensemble et prendre des vacances. J'ai pas envie d'être un cas d'étude, un cobaye.
– Je ferai pas de toi un cas d'étude.
– J'ai besoin de me retrouver, tu comprends ? J'ai survécu, fin de l'histoire.
– Supen C'est parfait. Quoi ? Qu'y a-t-il ?
– J'ai vu quelqu'un.
– Ça va ?
– Je viens de voir quelqu'un, Robert.
– Y a personne. Tout va bien.
– Je sais. Ce que tu vis en ce moment, c'est normal, après ce que tu as vécu. Il va te falloir du temps pour te reconstruire. Tu vas y arriver.
– Tu me le promets ?