logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 2h10 sur TF1

– Cava? T'es enfermée là-haut avec Hugo.
– Oh... Tout va bien, ma chérie.
– T'as pleuré. Il s'est passé quelque chose ?
– Non, non... Rien de grave, euh... On a évoqué des souvenirs de ton père, et... et ça m'a beaucoup émue. Mais ces séances quotidiennes me font du bien.
– Des séances ? Tu te fais psychanalyser par Hugo chez toi ? C'est contraire à toute déontologie.
– Mais... pas du tout. Je lui parle en tant qu'amie.
– Si tu vas pas bien, t'as qu'à m'en parler.
– Tu as tes propres soucis.
– C'est pas une raison. Si tu te sens pas de vivre seule, il y a des solutions.
– De quoi tu me parles ? Je n'ai aucun problème à vivre seule.
– Tu t'appuies beaucoup sur Hugo. ton assurance vie, même ton alimentation.
– Tu me disais de me faire aider. Je t'ai écoutée. Et là, j'apprécie vraiment la présence d'Hugo. Alors, arrête de t'inquiéter pour rien.
– Je reconnaissais plus ma mère. Elle avait toujours eu du caractère, et là, elle était ramollie. Hugo lui avait lavé le cerveau. Qu'est-ce qu'il faisait ici plutôt que de travailler ? J'allais appeler son cabinet.
– Dans la matinée, Anna s'était mise à l'écart pour pouvoir se renseigner sur Hugo.
– Bonjour, je voudrais un rendez-vous avec Hugo Devigne. Quand ? Euh... Le plus vite possible. Il exerce pas en ce moment ? Vous savez pourquoi ? Entendu... Je vous remercie.
– L'enquête avance, Sherlock ?
– Mais carrément. Je viens d'appeler son cabinet, il est en disponibilité pour plusieurs semaines.
– Il voulait des vacances.
– Un psy n'abandonne pas ses patients, sauf s'il y a été forcé.
– J'imagine que vous savez pourquoi.
– Il a pu avoir un souci avec un patient. Il aurait abusé de sa faiblesse, comme avec ma mère.
– C'est grave, comme accusation. ce qui se passe ici. Elle est gentille, patiente.
– Elle est peut-être amoureuse, tout bêtement.
– Elle a 10 ans de plus que lui. Et elle s'est pas remise de la mort de mon père. Je vais surveiller ce type. Au moindre incident, je le vire.
– OK. Si besoin, je suis là.
– Merci, Alex. C'est gentil. Avec la disponibilité d'Hugo, je m'inquiétais. C'était quoi, sa relation avec ma mère ?