logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 2h10 sur TF1

– T'en aurais toi, un modèle comme ça ?
– Tu plaisantes ? C'est rare. Y en a que chez les bijoutiers spécialisés, ou, sur internet. Nico ! N'y pense même pas Ce serait une connerie.
– Je supportais pas que Pauline se sente abandonnée. C'était débile, mais, j'étais paniqué. Je suis allé sur internet, et j'en ai trouvé une. Je voulais lui envoyer, mais, au final, je l'ai pas fait. C'était une connerie. J'aurais manipulé ma fille. Ça va, ma chérie ?
– Ouais, ça va. J'ai repensé à mon rêve.
– Tu t'es fait une raison ?
– Une raison ? De quoi ?
– Pauline, c'était un rêve, ça n'arrivera pas. Maman tenait ses promesses. C'est un rêve prémonitoire. Cette bague me revient. Toutes les femmes de
– Quelle famille ? Y a plus personne. Ta mère nous a abandonnés, elle tiendra pas sa promesse.
– C'est à cause de qui ? Tu lui as crié dessus quand elle est partie ! C'est à cause de toi !
– Pauline, Pauline... Elle m'avait jamais rendu coupable du départ de sa mère. J'ai pas pu le supporter. J'ai décidé de faire revenir Manou pour Pauline. J'ai acheté la bague. Sonnette Aboiement
– Bonjou r.
– Doucement.
– J'ai un colis pour vous.
– Merci.
– Au revoir.
– Allez, entre. J'espère que c'est pas une connerie. C'est exactement la même. Il s'exclame. Musique dramatique C'est pas possible. C'était pas une copie. C'était celle de Manou. Y avait les initiales J'en croyais pas mes yeux. Je suis allé voir Marion.
– Pas de doute. C'est la sienne. Y avait une chance sur 1 milliard. C'est dingue ! Tu l'as trouvée où ?
– Sur internet.
– Qui est l'expéditeur ?
– Une certaine Mme Ibanez.
– Bon, allez. C'est à 300 bornes. On y va.
– Elle avait dû se remarier. J'étais bouleversé. Mes émotions se mélangeaient, mes idées aussi. J'allais avoir les explications que j'attendais. J'ai été rattrapé par la colère.
– Regarde, c'est la bonne adresse. Un foyer, je comprends pas.
– Elle bosse peut-être là.
– Voilà. Merci. Bonjour, c'est pour la formation ?
– Non. Nous venons voir Mme Ibanez.
– C'est moi, c'est pour ?
– C'est vous qui l'avez vendue ?
– Ah, oui. C'est vous, l'acheteur ! Je l'ai envoyée pour Gaelle.