logo Le moteur de recherche de la télé

Epaves, l'or des grands fonds


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 1h10 sur France 5

– On retrouvera des milliers d'épaves avec de riches cargaisons à leur bord, et c'est à La Havane qu'on trouve les plus importantes, là où convergeaient les grands galions espagnols. Ily aurait plus d'or au large des Bahamas qu'à la banque de Madrid.
– La fièvre de l'or. Pour le royaume d'Espagne, le 16e siècle est le bien-nommé "Siècle doré". Durant plus de 150 ans, les Espagnols pillent l'or du Nouveau Monde.
– Quand vous tenez dans vos mains un lingot d'or, une pièce d'argent, une émeraude ou une perle, vous détenez là le fruit d'un génocide. Toutes ces matières sont issues des mines de Colombie, du Mexique, du Pérou, où des milliers d'esclaves indiens et africains ont été tués pour enrichir l'Espagne.
– Les trésors volés des Amériques étaient chargés sur des voiliers et acheminés ensuite vers l'île de Cuba. Puis les galions se regroupaient en convoi depuis le port de La Havane pour affronter la traversée de l'Atlantique.
– A ce moment-là, le trafic naval est très intense. Pendant 150 ans, environ 4 000 navires par an entrent à La Havane. A tel point qu'au 16e siècle, ce n'est pas le littoral de La Havane le plus important, c'est son port, sa baie. Tout au long de ces années, il serait passé par La Havane plus ou moins 200 000 kilos d'or et plus de 16 millions de kilos d'argent. Beaucoup d'or! Il arrive en lingots, en barres, en morceaux, sous toutes formes, mais il arrive aussi sous forme de pièces de monnaie.
– Plus de 3 000 épaves reposent sur les fonds marins à proximité de l'île. Mais plus que leur nombre, c'est le montant estimé des cargaisons qui fait tourner la tête des chercheurs de trésors.
– Cuba est un pays où l'on pourrait assurément récupérer des richesses. Notre base de données répertorie de nombreuses épaves ayant sombré à Cuba ou à proximité avec des richesses considérables. Une seule cargaison vaudrait des centaines de milliers de dollars !
– 4 millions de tonnes d'or et d'argent ont ainsi franchi l'Atlantique. Tout au long des grandes routes maritimes de la planète, les navires en déroute ont dispersé leurs richesses au fond des océans.