logo Le moteur de recherche de la télé

Passage des arts


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 0h45 sur France 5

– Ça vous met mal à l'aise?
– Courtney Rowe : Je ne sais pas. Mes frères et soeurs vont se moquer de moi.
– Alice Taglioni : J'aime bien.
– A.-E.Lemoine: Ils viennent vous applaudir à la Comédie-Française, vos frères et soeurs?
– Benjamin Lavernhe : Ils n'ont pas le choix. Ils sont sympas. Ils viennent vraiment régulièrement.
– A.-E.Lemoine: Vous êtes le 534e sociétaire
– J.-P.Rouve: C'était l'un de mes rêves quand j'étais jeune comédien. J'avais un copain qui était rentré Je trouvais ça fou.
– Benjamin Lavernhe : Ce n'estjamais trop tard. Il faut représenter l'humanité tout entière dans la troupe. Il faut tous les âges. Il faut de tout pour faire un monde.
– A.-E.Lemoine: Vous pouvez tenter votre chance, Jean-Paul. Benjamin a suivi le Cours Florent. En même temps, vous faisiez d'autres études.
– Benjamin Lavernhe : J'ai des parents compréhensifs et ouverts qui me disaient que je pouvais aussi faire un vrai métier à côté. Ça m'a toujours fait rire. J'ai essayé de les convaincre que c'était un vrai métier, mais j'ai joué le jeu de l'ouverture. S'intéresser à autre chose, c'est toujours enrichissant. Je voulais présenter une émission de radio, une émission de télé. Il y avait un rapport au jeu.
– A.-E.Lemoine: Vous le feriez
– Benjamin Lavernhe : C'est un rôle à jouer.
– A.-E.Lemoine: Je vous en prie. Je ne Joue pas. Vous finirez l'émission. J.Weber était votre prof au conservatoire. Non?
– Benjamin Lavernhe : Non... C'était dans "L'amour est une fête"?
– A.-E.Lemoine: Trop de subtilités!
– Benjamin Lavernhe : J'ai fait une émission avec lui.
– A.-E.Lemoine: Iljouait votre prof et il vous engueulait’!
– Benjamin Lavernhe : Oui.
– A.-E.Lemoine: Vous connaissez l'archive. On regarde.
– Tandis que moi...
– Pas le doigt. Ce truc que tu as mis dans ton nombril... Essaye de le reconstruire. Fais comme s'il y avait un énorme doigt style alien dans ton ventre. Ça t'envahit. Le bide, le sexe...
– Vous vous êtes donné la peine de naître et rien de plus. Tandis que moi, noble...
– A.-E.Lemoine: Il faut expliquer que cet exercice était particulier.
– Benjamin Lavernhe : Je connais J.Weber parce que je suis très ami avec son fils, S.Weber.