logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous la suite


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 0h25 sur France 5

– C'est aussi ça, le grand thème du film?
– Alice Taglioni : Oui...
– Antoine Genton : L'un des grands thèmes...
– Alice Taglioni : Trouver sa place, oui. C'est compliqué, je trouve. Croire en ses rêves, garder espoir, avoir la foi... C'est un thème très important, la foi. On le ressent dans ce film. Pour parler de mon personnage, on assiste à une renaissance, quelqu'un qui... C'est ça... Bon, une renaissance... Elle était passive.
– A.-E.Lemoine: Empêchée.
– Alice Taglioni : Un mot très important. C'est un mot qui résonne. Il y a cette idée d'être empêché, mais aussi de s'empêcher tout seul ou par peur de ne pas faire assez bien. Je n'en sais rien, mais... S'empêcher tout seul... Finalement, c'est assez fréquent.
– A.-E.Lemoine: C'est le cas de beaucoup de femmes, notamment?
– Alice Taglioni : Pas forcément des femmes.
– Antoine Genton : Ça a été un film éprouvant, émotionnellement, à tourner?
– J.-P.Rouve: Euh...
– A.-E.Lemoine: Coeur de pierre.
– J.-P.Rouve: Eprouvant à tourner, non. Je ne peux pas dire ça. C'est toujours agréable et ludique de tourner, que ce soit une comédie ou un drame. En tout cas, ça me remue dans ce que ça raconte. Je parle de mon personnage, de ce mec. J'aurais pu être cet homme à 50 ans si je n'avais pas eu la chance de faire le métier que je voulais faire. La probabilité était très faible. Qu'est-ce que j'aurais été, aujourd'hui? Comme lui, j'aurais eu des regrets en regardant en arrière? Je me serais dit que j'aurais raté ma vie? Ce sont des questions que je me pose de plus en plus en vieillissant. Quand on estjeune, on a l'insouciance. Là, avec le recul, je me dis que ma chance, c'est fou!
– Antoine Genton : Pour vous, Camille, ça a été un choc émotionnel, notamment dans certaines scènes?
– Courtney Rowe : Une scène en particulier. J'apprends ce métier. Je suis assez nouvelle. Je n'ai pas énormément d'expérience. Je suis allée dans un truc personnel J'ai revécu quelque chose. Je n'arrivais pas à m'en sortir. Dans les semaines qui ont suivi...