logo Le moteur de recherche de la télé

Annie Girardot, à coeur ouvert


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 0h05 sur France 3

– Lorsqu'elle s'envole pour l'Italie, à l'âge de 29 ans, Annie Girardot est à l'aube d'une nouvelle vie. Les essais ont lieu à Rome, dans le palais de Visconti. Le maestro veut mettre Annie Girardot en face de Renato Salvatori. Un jeune acteur déjà très connu en Italie. Dès qu'Annie croise le regard de Renato, c'est le coup de foudre réciproque. Ce jour-là, Luchino Visconti a offert, sans le savoir, à Annie Girardot, à la fois, le plus grand rôle de sa carrière, mais aussi, l'homme de sa vie.
– C'est une passionnée, une amoureuse. Elle voit un homme, qui restera son homme jusqu'à la mort. Elle ne divorcera jamais. Il pourra la tromper... C'est un peu comme Piaf, c'est son Marcel Cerdan.
– Ce qui frappe dans "Rocco et ses frères", c'est sa beauté, sa grâce. Cette lumière, cette étincelle et cette féminité surtout.
– Quand j'ai découvert tournée avec le regard de Visconti, c'était une nouvelle Girardot pour moi. Ce n'était pas la Française, il y avait quelque chose déjà qui était dans un autre univers. C'est une merveille dans le film, pour moi, son plus grand film.
– Visconti a voulu que ce soit Annie Girardot, on lui a proposé Pascale Petit, il n'était pas question.
– Je t'aime, Rocco, tu me crois ? Alors, tout ça, c'est inutile ? Rocco, je t'en supplie, si tu continues comme ça, je me jette dans le vide.
– Le personnage de Nadia est central, elle est là, parce qu'elle est entre les deux frères. Elle est une espèce de catalyseur de passion. Et elle est, elle-même, au maximum, au sommet de la passion.
– Viens ! Il est soûl.
– Je te demande pardon, Rocco ! Simone, non, ne fais pas ça !
– Rocco, aide-moi !Aide-moi ! Non, Simone !Simone !
– Quand on revoit chacune des séquences, elle en a au moins sept ou huit, il y a toujours quelque chose de neuf. Elle invente sans arrêt. Elle ajoute de la tendresse. Elle ajoute quelque chose de maternel, et qui éclate à la fin d'une façon sublime dans la dernière scène de sa mort.
– Je ne veux plus jamais te voir, Plus jamais, tu entends ? Tu as sali l'unique chose belle et propre que j'aie jamais eue de ma vie.