logo Le moteur de recherche de la télé

Annie Girardot, à coeur ouvert


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 0h05 sur France 3

– Qu'est-ce qui se passe ?
– Et un jour, il va tellement la battre qu'elle mettra fin à leur relation, elle finira à l'hôpital, donc, ça ne sera plus possible.
– Il lui a jeté une lampe de chevet à la figure, elle a perdu ses dents. C'était comme ça. Vraiment, c'était la pièce "Virginia Woolf".
– Elle a consommé l'amour comme on consomme une drogue forte. Et c'est vrai qu'une fois que la passion était passée, elle retombait comme tous ceux qui prennent des drogues fortes. L'amour est de toutes les drogues la plus forte.
– A l'orée de la cinquantaine, Annie Girardot se retrouve seule. Après sa séparation avec Bernard Fresson, elle va mettre deux ans à se reconstruire. Mais si les tournages continuent à s'enchaîner, la qualité n'est plus toujours au rendez-vous. Elle est fatiguée de jouer dans des films montés uniquement sur son nom, parfois même avant l'écriture des scénarios.
– Quand il arrive un coup dur, je le prends comme tout le monde, il y a un peu d'inertie qui suit. Mais après, on se ressaisit. Il y a des hauts, des bas, mais la vie continue. Et elle est fantastique.
– A la fin des années 70, Annie Girardot n'a pas perdu son énergie, mais le cinéma n'est plus pour elle une priorité. Elle rêve de changement. Mai 1981, le soir de l'élection de François Mitterrand, on découvre Annie Girardot au bras d'un nouvel homme. C'est Bob Decout, un musicien de quinze ans son cadet. A cinquante ans, elle va se lancer à corps perdu avec lui dans la plus folle aventure amoureuse et professionnelle de sa vie. Leur histoire va durer treize ans.
– Vous avez l'envie de faire autre chose ?
– J'ai envie de ne pas rester toujours... On est catalogué. On a mille possibilités, on peut faire plein de choses, et tout le monde !
– Vous êtes comédienne d'abord ?
– Je n'en sais rien. J'ai envie de musique, moi, je vis dans la musique. Ma vie propre se mélange complètement à tout ça.
– Mais si on vous disait: "Demain, fini, plus de cinéma"?
– Je mourrais.
– Demain, nouvelle carrière, tout de suite ?
– Ça a toujours été ! Moi, hier, je ne connais plus, et demain, je ne sais pas.