logo Le moteur de recherche de la télé

Annie Girardot, à coeur ouvert


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 0h05 sur France 3

– Bruno Cremer, c'est une génération formidable.
– A la fin de l'année, Annie Girardot passe le concours de sortie du conservatoire au théâtre de l'Odéon. C'est son camarade de promotion Jean Rochefort qui lui donne la réplique.
– Elle parle un peu vite, mais elle est assez drôle, elle bafouille un peu. Je lui avais donné la réplique à son concours de sortie, à Annie. La scène commençait, je lui disais : "Tu as fini de te promener toute nue dans les couloirs..." Et elle entrait en scène : "Nue ? J'ai ma chemise de jour." On ne comprenait pas bien ce qu'elle avait dit, mais elle avait un tel impact comique, une telle vérité, que j'ai entendu hurler de rire la salle. Ça se passait à l'Odéon, le concours de sortie. Et pendant tout le temps qu'a duré cette scène, j'ai entendu ce raz de marée, qui était un rire énorme provoqué par une actrice. Je crois que j'ai fait mon vrai mariage d'amour avec le théâtre Avec Annie Girardot.
– Dans la grande salle de l'Odéon, Annie Girardot a droit à une véritable ovation. Tous ses camarades sont conquis. Elle reçoit un double prix de comédie qui lui ouvre les portes de la Comédie-Française. A seulement 22 ans, elle est engagée dans la prestigieuse maison de Molière. Plusieurs journaux consacrent leur couverture à cette jeune révélation, qui surprend par sa gouaille et son style neuf.
– Dans "Madame Sans-Gêne", je ne faisais rien du tout, et j'ai fait une chose extraordinaire à l'Odéon, c'est ça qui m'a tout appris. Maria Casarès jouait "Six personnages en quête "d'auteur", je l'ai regardée quand elle faisait: "Ma vie !" Et je me suis nourrie de cette femme, de ce qu'elle faisait et de ce que je voulais faire. Je pouvais jouer les soubrettes, j'adore jouer les choses comme ça. Mais j'avais à l'esprit quelque chose, on aurait pu me proposer n'importe quoi, c'était quelque chose : ma vie. La vie, c'est ça ! C'est ça g Le plus important pour moi, c'est ça.
– En 1956, une rencontre exceptionnelle va bouleverser sa vie et lui permettre d'élargir son horizon de comédienne. La Comédie-Française invite Jean Cocteau à monter sa pièce : "La machine à écrire".