logo Le moteur de recherche de la télé

Annie Girardot, à coeur ouvert


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 0h05 sur France 3

– C'est la normalité de A. Girardot qui va faire d'elle une star.
– Je préfère ces personnages-là, que ceux qui sont plus évolués, qui sont plus courageux, c'est plus amusant de jouer quelqu'un qui a des difficultés à vivre, c'est émouvant, les gens qui n'arrivent pas à se parler. Dans la vie, on a ça, c'est toujours des malentendus.
– Ça vous arrive ?
– Oui, parce que je crois que je suis très timide. Voilà ! C'est affreux les silences, c'est beau quand ils sont nourris, mais quand on est là : "Il ne parle pas..." On dirait n'importe quoi.
– Mais pour Annie Girardot, son rôle emblématique des années 70 reste celui du Dr Françoise Gailland. Cette femme médecin qui découvre qu'elle a un cancer, c'est un peu elle, une femme forte qui ne baisse jamais les bras devant l'obstacle et qui se bat jusqu'au bout pour le vaincre.
– Je parie pour un cancer du lobe supérieur gauche. Vous ne me croyez pas ?
– Ça peut être aussi une mycose ou un abcès.
– C'est ce que vous direz à votre malade quand vous lui proposerez une intervention. Quel âge a-t-elle ?
– Qu'est-ce qu'on va te faire ?
– Rien, juste m'enlever une saleté que j'ai dans le poumon.
– Ce n'est pas grave ? Tu es sûre ?
– Tu crois que les médecins racontent des histoires ?
– Non, pas toi.
– Ça va durer longtemps ?
– Dans 15 jours, je suis rentrée.
– Je me souviens d'une figure autoritaire, dans le bon sens du mot, très responsable. Et elle avait les moyens de le faire, parce que, dans ces années-là, c'était une actrice très populaire. Annie Girardot, elle avait cette puissance, cette force, cette confiance, elle savait qu'elle pouvait et devait le faire. Et j'ai le souvenir de quelqu'un d'extraordinairement présent, à la mise en scène, à la fabrication du film, c'est le souvenir que j'ai d'elle. Elle était impressionnante. Moi, jeune actrice, je me disais : "Actrice, ça peut être aussi ça".
– J'ai voulu défendre quelqu'un qui avait gagné. Si l'héroïne était morte à la fin, je ne l'aurais pas fait. Il ne faut pas jouer sur ces choses. On peut les jouer quand on sait qu'on gagne. A ce moment-là, c'est peut-être pour aider, pas tout le monde, mais beaucoup.