logo Le moteur de recherche de la télé

Annie Girardot, à coeur ouvert


diffusion le jeudi 16 janvier 2020 à 0h05 sur France 3

– Et pendant qu'il me parlait, j'ai eu envie de pleurer. Comme si finalement... J'ai fait : "Ouf ! Ça va, je crois que j'y suis arrivée."
– Les essais ont lieu aux Studios d'Epinay, le 25 octobre 1966, le jour même de son anniversaire. Une fois encore, cette date va lui porter chance.
– Le même jour, je m'en rappelle, j'avais fait des essais avec une dizaine d'autres comédiennes, parmi les stars de l'époque. Il n'y a pas eu photo, quand on est allés en projection, tout le monde a dit: "Ben, oui, c'est elle !" Je pense que Annie a donné une dimension au film absolument formidable, parce que, pendant le tournage, elle vivait vraiment l'histoire du film Avec Renato, elle traversait un moment très très difficile. Pendant le film, On ne savait plus, à un moment donné, si on tournait ou si on vivait le film. Ce mélange de fiction et de réalité, je crois, a fait la force de "Vivre pour vivre", qui dégage des parfums de vérité.
– Tu n'as rien à me dire ?
– Catherine. J'aime une autre femme et depuis trois mois je te trompe. Je triche et je mens.
– J'ai vu qu'Annie était bouleversée par la scène qu'on venait de tourner dans le train. Parce que cette scène avait remué chez elle sa vie. Et donc, je lui ai dit: "Je vais te faire une interview sur le quai de la gare." Et elle me dit: "Mais qui c'est qui m'interviewe ?" Je lui dis : "Je ne sais pas, c'est le public."
– Pourquoi je n'ai rien dit? Parce que je n'avais rien à dire. Il ne faut surtout rien dire. Et puis, vite s'en aller. J'avais toujours pensé qu'il me tromperait. A ce moment-là, c'était insupportable. Et puis après, ça a évolué. Finalement, il me trompait, je l'ai appris, c'était dramatique. Et puis après, ça m'excitait.
– A chaque fois qu'on a tourné ensemble, elle m'a fait cadeau de l'humeur du moment, cadeau de sa vie.
– Grâce à Lelouch, Annie Girardot retrouve sa liberté. Avec "Vivre pour vivre" et "Un homme qui me plaît" deux ans plus tard, il lui offre une nouvelle jeunesse au cinéma. Et surtout, une bouffée d'air dans sa vie personnelle. Annie Girardot s'émancipe et se libère enfin de Renato.