logo Le moteur de recherche de la télé

L'amour à la plage


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 0h40 sur France 2

– Je vous en remercie. On est là dans un domaine civil de l'assistance éducative. La présence de l'avocat n'est pas obligatoire. Le jeune doit en faire la demande. A l'Antenne des mineurs du barreau de Paris, nous sommes 180 avocats à assurer une permanence quotidienne chaque jour de 14 heures à 17 heures. Tous les jeunes, quelle que soit leur nationalité, sont les bienvenus au tribunal...
– Vous êtes bénévoles dans ce cas ?
– L'Ordre des avocats nous rémunère pour ces permanences officielles au tribunal de grande instance, porte de Clichy. Les jeunes ignorent parfois qu'ils peuvent voir un avocat. On peut les aider à faire la saisine du juge des enfants. Dans le film, pour prouver son identité, on voit qu'il faut des documents. Pendant la durée de la procédure, en attendant l'audience du juge, voire celle de la cour d'appel, les avocats contactent la famille, des personnes au pays qui peuvent nous envoyer un acte de naissance, un livret de famille, un certificat de santé, afin de démontrer aux autorités françaises que ce jeune est bien celui qu'il dit être et qu'il est bien mineur. Evidemment, quand on fuit l'Erythrée, le Soudan, l'Afghanistan, on ne se promène pas avec un papier d'identité à la main car tout est confisqué en route. Pour contacter la famille au pays, c'est très difficile aussi. Là aussi, l'avocat peut aider le jeune à se présenter lors de son audience.
– Pour conclure sur le film, le fait d'héberger, comme tous ces gens, des mineurs étrangers isolés dans son appartement, dans sa maison, n'est pas légal, mais n'est pas illégal non plus ?
– Pour les hébergeurs, ce n'est pas un souci. La question ne se pose pas. "Il faut aider un enfant étranger." Les gens se mobilisent là-dessus. Hébergeurs et coordinatrices nouent une relation avec ces jeunes qui va perdurer. Les ados pris en charge gardent un lien d'amitié parfois quasi familial avec leurs hébergeurs. Ils reviennent dîner. Leurs hébergeurs les aident à trouver un stage lorsqu'ils sont en apprentissage. La question de la légalité ou de la non-légalité ne se pose pas pour eux.