logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 22h25 sur France 5

capture
– Quelque chose s'abîme. Le gouvernement en a conscience. Si le lien entre la population et les détenteurs de la violence légitime commence à se dégrader, au-delà d'un petit noyau qui entretient une relation d'opposition à la police... C'était le cas quand on avait 15 ou 20 % de Français qui critiquaient la police. Là, c'est plus large. Quelque chose de très profond s'est abîmé depuis les "gilets jaunes" et les récents conflits. Ça devient un enjeu politique. On ne peut pas faire comme si rien ne s'était passé. et l'inflexion viennent aussi de cette analyse de l'opinion publique.
– César Roux : E.Macron a présenté ses voeux à la presse. Il avait parlé de déontologie. Il a dit: "Ily a une violence qui s'est installée dans la rue." Au-delà de la violence policière, l'idée est de dire qu'on est dans un moment où ily a des violences portées par des manifestations qui ne se passent plus calmement. On peut l'entendre?
capture
– Ivanne Trippenbach : On le sait depuis un an. On l'a vu avec la crise des "gilets jaunes". Ily a une question sur la désescalade des violences qui émerge à l'occasion de ce débat. Ce qui est frappant quand on regarde les discours politiques depuis un an, c'est la logique de face-à-face martelée au plus haut niveau de l'Etat. C'est comme si 2 camps se faisaient face: les forces de l'ordre d'un côté, et les manifestants, voire les concitoyens de l'autre. Ce discours très classique dans les sphères militantes a été repris par les autorités. Je pense au préfet de police de Paris, D.Lallement, qui désigne un camp adverse pour parler des manifestants. "On n'est pas dans le même camp, madame." Cette phrase a été reprise par C.Castaner quand il opposait les policiers...
– César Roux : Ça a alimenté la violence?
– Ivanne Trippenbach : Bien sûr. Ça participe d'un climat de violence. Ily a le sentiment que la police a besoin de se défendre. Cette question de désescalade est essentielle.
– César Roux : Ily a eu un appel à réfléchir à une déontologie. Combien y a-t-il de nouveaux codes de déontologie par semaine? Très régulièrement.
capture