logo Le moteur de recherche de la télé

Par amour des Pyrénées

Faut pas rêver


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 21h05 sur France 3

capture
– C'est un jour nostalgique,
– Oui, bien sûr. Il y a toujours de la nostalgie.
– Ça vous plaît?
– Oui. La nostalgie fait partie de nos vies. Evoquer tout ça, ça rend nostalgique.
– J'adore. Ca, c'est une vision très espagnole.
– Oui. Nous sommes des passionnés.
– Hasta luego. Pour fêter le saint patron dans la pure tradition ibérique, après la messe, c'est l'heure du banquet. En Espagne, ça se finit toujours à table. Enfin, encore faut-il l'installer. Chant espagnol. Applaudissements.
– Antonio est bon chanteur, mais il est surtout le meilleur guide d'Otal. C'est le doyen du village, la mémoire vivante de ces ruelles et de ces maisons.
– Ma maison commence ici.
– Et elle va jusque-là ?
– Jusqu'au bout, là-bas. Tout au fond.
capture
– Dis donc, c'était grand.
– Regarde.
– Et vous dormiez où ?
– Je dormais là-haut, dans cette chambre.
– Ça doit vous faire quelque chose de revenir ici.
– Ah oui, vraiment. Au début, quand je revenais au village, les premières années, je pleurais. Parce que j'ai grandi ici.
– J'imagine.
– Je suis né ici.
– Dans cette maison ? J'ai vécu ici jusqu'à mes 33 ans. L'âge du Christ, comme on dit chez nous.
– Ça vous fait quoi de revenir ici, alors ? J'ai le coeur rempli d'émotions. Elle, c'est ma petite-fille.
– Elle a les yeux qui brillent. Tu filmes tout?
– C'est pour les souvenirs.
– On mangeait dans cette pièce. Elle est complètement effondrée, maintenant. C'était magnifique. On pouvait y manger à 40. Maintenant, avec le temps, je n'y pense presque plus à ce village. Tout le monde va finir par l'oublier, ce village. Moi, tant que je suis en vie, je ne l'oublierai pas. Mais après, mes enfants, ils ne viendront plus.
– Si, on viendra.
– Oui, mais ce ne sera plus avec la même émotion que moi.
– On sera émus en pensant à toi. Ce sont nos racines. Ça ne s'oublie pas. Et c'est grâce à toi qu'on les connaît.
– Tu es jeune. Tu pourrais tourner le dos à tout ça.
– Ce n'est pas une question d'âge. C'est ce qu'on ressent.
– Je vais leur donner la maison. On verra s'ils la restaurent.
– C'est une bonne idée, non ?
– J'aimerais bien.
– Bon, je ne voudrais pas dire, mais en attendant, il y a quand même un peu de travail et de décoration à faire.
capture