logo Le moteur de recherche de la télé

Par amour des Pyrénées

Faut pas rêver


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 21h05 sur France 3

capture
– Frédéric en sait quelque chose. Cette frontière, il la traverse tout au long de l'année. Il vit à cheval et entre les deux pays en fonction des saisons.
– On a la Brèche de Roland. Derrière, c'est la France.
– Là où c'est percé ?
– Pourquoi on appelle ça comme ça ?
– C'est une légende de Roland de Roncevaux. Avec son épée, il a tapé un coup dans la montagne. Ça a fait une brèche, mais ça n'a pas cassé l'épée. Il faut savoir que les murs font plus de 100 mètres de hauteur.
– Avec l'épée, il a tapé fort.
– Oui, il a tapé fort.
capture
– Là-bas, on dirait vraiment un paysage de western. Il manque juste la petite musique d'Ennio Morricone, et on y est. Appelez-moi "Lucky Luke".
– On traverse des coussins de belle-mère. C'est doux, mais ça pique beaucoup. Une fois qu'on s'assoit dessus, on se relève très vite.
– Il ne faut pas dire ça à votre belle-mère.
– Ça reste entre nous.
– Décidément, entre les épines d'un côté et le précipice de l'autre, les choses se compliquent. Frédéric sort des sentiers battus car il a quelque chose à me montrer au fond de la vallée.
– On aperçoit le village d'Otal. C'est un village qui est abandonné depuis 70.
– Il y en a beaucoup, des villages abandonnés, dans la région ?
– En Aragon, il y a 288 villages abandonnés.
– C'est énorme. Sous Franco, ils avaient besoin de main-d'oeuvre pour faire tourner les usines sur Saragosse, Barcelone.
– L'attrait de la ville. Les jeunes sont partis, et les vieux ne pouvaient pas maintenir le cheptel et l'agriculture de montagne. Allez, marche, bébé.
– Vamos. Pas facile de rejoindre le village. Il faut dire qu'il est bien enclavé. Longtemps, il a même été inaccessible par la route. Il y a une piste construite il y a 2 ans, mais Frédéric aime y aller à l'ancienne. La prochaine fois que vous me direz "on prend le chemin", je saurai à quoi m'attendre.
– C'est un vrai chemin authentique. Creusé à la force de la vache.
– Les cailloux sur lesquels on marche, c'est des maisons ?
– Oui.
capture