logo Le moteur de recherche de la télé

La grande librairie


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 20h50 sur France 5

capture
– Mais je pense également que cet homme ne savait pas qui était la personne qui venait à mon chevet à ce jour et qu'il n'y avait pas de communication entre les différents services. Il a peut-être pensé que j'avais un petit ami de 14, 15 ou 16 ans etje ne suis pas sûre que ce gynécologue ait voulu mal faire. Malgré lui, malheureusement, il était complice d'une atteinte sexuelle sur mineure.
– François Busnel : Vous racontez les faits dans ce livre, vous ne racontez pas ce que VOUS ressentez. Pourquoi?
capture
– V.Springora: Si. De temps en temps j'exprime un peu mes sentiments. On m'a dit que c'était un livre écrit de manière froide et chirurgicale.
– François Busnel : Je ne dirais pas froide, mais plutôt précise.
– V.Springora: C'est un livre écrit Quand on écrit à la 1re personne, on s'expose énormément par rapport à ses sentiments. Ça a été une façon pour moi de réintroduire de la distance dans l'écriture. Réintroduire également une forme d'objectivité. Je voulais montrer les faits tels qu'ils s'étaient produits sans porter de jugement. Je crois que c'est un livre qui n'est pas haineux. Ce n'est pas un livre de règlements de comptes ni un livre vengeur. C'est un livre dans lequel je raconte l'histoire telle que je l'ai vécue. Il m'a paru important que cette histoire soit écrite de mon point de vue et qu'elle laisse une trace face à l'oeuvre de Gabriel Matzneff.
– François Busnel : C'est l'une des forces de ce livre. Il n'y a pas de haine, de vengeance, de colère. Ça veut dire que vous avez appris à les canaliser?
capture