logo Le moteur de recherche de la télé

La grande librairie


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 20h50 sur France 5

capture
– C'était très trouble dans mon esprit. Je ne savais pas pourquoi. Durant quelques instants, il m'a donné l'impression d'être une femme.
– François Busnel : Vous savez à quel moment vous tombez amoureuse? Je rappelle que vous employez cette expression dans votre livre.
– V.Springora: J'ai commencé par être séduite etje suis tombée amoureuse plus tard. Après plusieurs semaines, voire plusieurs mois durant lesquels je recevais des lettres insistantes de sa part.
– François Busnel : Ilvous écrit...
capture
– V.Springora: Une bonne vingtaine de fois. Il est également venu dans mon quartier, qu'il a quadrillé de façon à me rencontrer de façon pseudo-fortuite. Ça finit par arriver et nous nous sommes rencontrés dans la rue. Il a fini par me donner rendez-vous dans un café. Etje m'y suis rendue.
– François Busnel : Les mots ont doncjoué un rôle dans cette façon de tomber amoureuse, également dans cette emprise.
– V.Springora: C'était des lettres extrêmement bien écrites, très littéraires.
– François Busnel : C'est un problème, que ça a été bien écrit?
– V.Springora: Non, le problème n'est pas là. C'est l'intentionnalité qu'il y a derrière la lettre. Etje n'ai pas su la déceler.
– François Busnel : Vous aviez 13, 14 ans.
– V.Springora: Je venais d'avoir 14 ans quand je suis allée à son rendez-vous.
– François Busnel : Que vous ne déceliez pas le piège, le lecteur peut le comprendre.
Mais on s'interroge sur votre entourage. Vous écrivez page 35: "Un père aux abonnés absents qui a laissé dans mon existence un vide insondable." Vous racontez plusieurs scènes avec votre père. Est-ce qu'on peut dire que la place était libre et que tout était en place pour qu'arrive soudainement ce prédateur?
capture