logo Le moteur de recherche de la télé

La grande librairie


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 20h50 sur France 5

capture
– Vous avez 13 ans, vous êtes en 4e au collège. Dans quelles circonstances rencontrez-vous Gabriel Matzneff?
– V.Springora: Dans un dîner, chez des amis de ma mère. Un dîner où ily a beaucoup d'écrivains. J'étais habituée à ce genre d'événement, car ma mère travaillait dans l'édition, elle était attachée de presse.
– François Busnel : Elle vous emmenait aux dîners?
capture
– V.Springora: Oui, elle était divorcée et mère célibataire. Mon père ne payait pas sa pension alimentaire et nous n'avions pas beaucoup de moyens pour payer une baby-sitter. Finalement, c'était des dîners extrêmement intéressants dontj'ai gardé d'excellents souvenirs. Il ne faut pas tout réduire à ce livre. J'ai eu des rencontres extraordinaires, comme avec Gabriel Garcia Marquez et Umberto Eco.
– François Busnel : Vous racontez que cette jeune fille est amoureuse de la littérature. Vous arrivez à ces dîners avec des exemplaires d'ouvrages de Balzac comme "Eugénie Grandet". L'idée d'être auprès d'écrivains est quelque chose qui représente quoi pour vous?
– V.Springora: La figure de l'écrivain est ce que je plaçais au plus haut de mon estime. Certaines jeunes filles rêvent d'être actrices ou chanteuses. Moi, je rêvais d'être écrivaine. C'était non seulement un rêve d'écrire, depuis toute petite, mais également de rencontrer des personnalités dont c'était la principale activité.
– François Busnel : Que savez-vous de lui
– V.Springora: Absolument rien. Quand je suis arrivée à ce dîner, je ne le connaissais pas. Je rappelle que j'avais 13 ans. J'ai simplement constaté que c'était quelqu'un autour de qui le dîner tournait et qui était estimé et admiré. C'était quelqu'un de brillant et de drôle.
– François Busnel : Comment la relation se met en place? Vous le décrivez précisément dans ce livre. Je pensé aux mécanismes dé départ, aux mécanismes dé séduction.
capture