logo Le moteur de recherche de la télé

La grande librairie


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 20h50 sur France 5

capture
– Comment quelqu'un qui a 13 ou 14 ans peut avoir un jugement éclairé?
– François Busnel : Il me semble que le livre de Vanessa élargit au consentement de toute une société qui consent à fermer les yeux.
capture
– M.R.Moro: C'est pour ça qu'il ne faut pas le voir uniquement en termes intimes et individuels. Ily a ce qui permet et ce qui protège les enfants et les adolescents. Jamais on ne s'interroge de savoir ce que ça fait aux enfants et aux adolescents. C'est les effets de ces emprises et de ces non consentements sur les enfants et les adolescents qui est en question. On soumet les enfants au désir, aux fantasmes et aux pulsions des adultes. On considère qu'on est dans quelque chose qui pourrait avoir un sens pour les enfants et pour les adolescents. Et ce n'est pas comme ça. Ce n'est pas le même sens.
– François Busnel : Ily a un mot qui permet d'aller dans ce sens. Page 163, vous l'employez. Est-ce qu'il peut avoir une acception juridique ou psychologique? "La vulnérabilité, c'est l'élément qui rend la notion de consentement si tangente."
– M.R.Moro: C'est très juste. C'est la vulnérabilité et la singularité de ce qu'est un enfant et un adolescent qui compte. Ces 2 éléments rendent compte du fait que ce n'est pas la même chose et on ne peut pas imposer à un enfant ou un adolescent des actes qui appartiennent au monde et au fantasme
– François Busnel : C'est dit. Je voudrais revenir au fait que tout le monde savait.
Cette notion fait hocher la tête de Pierre Verdrager. Ily a quand même une personne dont on parle peu, etje me tourne vers vous, Jean-Pierre Rosenczveig, et elle est citée aussi bien par Gabriel Matzneff en permanence dans son journal que par Vanessa Springora, c'est le président de la République. Est-il possible, je pense notamment à François Mitterrand, que rien n'ait été entrepris car Gabriel Matzneff était protégé par ce président?
capture