logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 20h00 sur TF1

capture
–  400E par véhicule. On a une perte sèche sur le chiffre d'affaires de 4 000E parjour environ.
– La marchandise n'arrive plus à Marseille. Ce patron doit rapatrier sans--100 containers de luminaires depuis d'autres ports méditerranéens. Un coût supplémentaire de 250 000E auxquels vont s'ajouter des pénalités de retard.
– Quand je vois ça, ça veut dire qu'on est en pénurie. On a une grosse rupture de stock. Les marchandises qui arrivent, on les attend. Ça conditionne le chiffre d'affaires qu'on va réaliser de février à juin.
– L'opération port mort pourrait être reconduite dans les prochains
capture
– Gilles Bouleau : Parmi les conséquences du blocage du port de Marseille, l'annulation de nombreuses liaisons maritimes avec la Corse, ce qui commence à poser des problèmes d'approvisionnement. Certains rayons de supermarchés sont vides.
– Des rayons qui se vident dans les grandes surfaces. Après 8 jours de conflit maritime, les prémices de la pénurie s'annoncent
– C'est le 1erjour où il y a ce problème de pénurie.
– Les rayons sont vides. C'est un scandale. Il s'agit d'alimentation.
– Pour compenser le manque de produits venus du continent, plusieurs enseignes jouent avec leurs stocks. Le fret est arrivé ces derniers jours au compte-gouttes.
– Habituellement, tout le rayon est plein. On reçoit 2 ou 3 semis tous les 2 jours. Là, on en a reçu un seul en 5 jours.
– La situation des transporteurs insulaires est aujourd'hui difficile. Les remorques sont bloquées. Les camions sont à
– Plusieurs camions pleins sont bloqués à Marseille. C'est donc de la marchandise en souffrance. Ça a un impact financier important. Ce serait bien d'avoir d'autres moyens plutôt que de prendre la Corse en otage. Il faut trouver une solution rapidement.
capture