logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 19h00 sur France 5

capture
–  A.-E.Lemoine: Elle ne les avait pas pris au sérieux?
– Nathalie Schuck : Elle s'était dit qu'il fallait y aller franco. Elle ne pensait peut-être pas être démise de ses fonctions. Jusqu'à présent, elle avait une relation courtoise avec E.Macron. Ça se passait pas trop mal. Elle espérait quelque chose de lui Un poste au gouvernement, pourquoi pas.
– Pierre Cohen : La Commission européenne.
capture
– Nathalie Schuck : Certains disent que son nom était dans la short list.
– A.-E.Lemoine: Mais ne voyant rien venir, elle a haussé le ton.
– Nathalie Schuck : Elle a fait la même chose qu'en 2006.
A l'époque, elle avait pris tous ses concurrents au PS de vitesse, notamment F.Hollande, pour s'imposer comme la candidate. Elle voit bien que B.Cazeneuve attend les municipales pour intervenir. Elle veut les prendre de vitesse, passer avant et s'imposer
– A.-E.Lemoine: Elle attend vraiment son limogeage le 24janvier. Dès le 25, sa parole sera encore plus libre? Est-ce possible?
– S.Tronchet: Probablement. Je ne suis pas journaliste politique. Je fais de l'enquête. Elle a toujours fait ce qu'elle a voulu, pendant ces 2 ans et demi où elle a occupé ce poste d'ambassadrice des pôles. Elle est allée là où elle avait envie d'aller. Elle n'allait pas là Elle définissait les règles. Il y a eu des conversations. On lui avait donné une enveloppe pour les frais de mission.
Les règles définies, c'était que cette enveloppe ne devait pas payer les missions de ses collaborateurs. Peut-être que le ministère voyait venir quelque chose. Quand les 1res missions sont arrivées, le secrétariat général le lui a signifié. Elle a dit que ça n'allait pas se passer comme ça. Elle a obtenu gain de cause. Elle a marqué son territoire petit à petit. Au bout d'un moment, elle était en suspension dans ce ministère. Elle ne répondait plus à personne. Elle était sans hiérarchie.
– A.-E.Lemoine: Un Etat dans l'Etat.
capture