logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 13h55 sur France 2

capture
– Leur visage ne vous est pas inconnu. Après un film, une chanson ou une émission, ils sont devenus célèbres dujourau lendemain. Le tourbillon médiatique, les fans, les personnes malintentionnées... Leur vie a été bouleversée. Elle ne sera plus jamais comme avant. Ils vont nous raconter ou comment ils gèrent cette notoriété soudaine. On accueille les chanteuses Angélina et Douchka, le comédien Djouillerot et l'ex-candidate de téléréalité N_Lacroix_ Salut! Merci d'être là. Moi, j'embrasse! Bonjour. Je suis ravie de vous recevoir. Merci d'avoir accepté notre invitation. Merci de revenir sur ce moment important de votre histoire. Je suis persuadée que vous avez des choses à échanger avec L_Karila_ Bonjour. Vous êtes psychiatre. Vous allez nous mettre en garde contre les dangers de cette notoriété rapide. Ça peut être dangereux, notamment pour Angélina_
– Angélina: 13 ans.
– Félix Bollaert : Il faut être bien entouré. A quel âge vous avez connu la notoriété, Damien? Quelâge aviez-vous quand vous avez croisé Gjugnot?
capture
– Damien Jouillerot : J'avais 15 ans et demi. J'étais bien entouré.
– Félix Bollaert : Quand vous vous souvenez de cette période de "Monsieur Batignole", c'est avec tendresse?
– Damien Jouillerot : Oui.
– Félix Bollaert : Je voudrais que vous me racontiez comment vous en êtes arrivé à participer à ce film qui a changé votre histoire. Il y a eu des hauts et des bas. Vous continuez à être comédien. A l'époque, rien ne vous prédestinait à devenir comédien.
– Damien Jouillerot : Non_Je faisais un CAP de boulangerie. Je voulais être dessinateur. Mon père m'a dit queje ferai boulanger. J'ai grandi en Franche-Comté, à côté de Morteau, dans un village de 400 habitants. Après avoir écumé les collèges de la région, on ne voulait plus de moi... On m'a dit: "On a une maison familiale. Tu vas pouvoir apprendre un métier_" Il fallait choisir un métier. J'aimais bien le pain. Ça a aidé mon père...
– Félix Bollaert : Je comprends. La gourmandise... du théâtre amateur. Dans mon village, une dame donnait des cours. J'étais très dissipé. On m'a dit de trouver une activité le mercredi, au lieu de voler des autoradios.
capture