logo Le moteur de recherche de la télé

Le magazine de la santé


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 13h40 sur France 5

capture
– La ventilation ne fonctionnait pas. On déplaçait des enfants dans d'autres hôpitaux. C'étaient des enfants branchés à des machines. Ils sont très fragiles. Je ne comprenais pas qu'on fasse ça. J'ai voulu en savoir plus. Je suis journaliste. Je voulais savoir ce qui marchait et ce qui ne marchait pas. Les soignants se dévouent.
– Pierre Charlier : Ils ne sont pas assez nombreux?
– S.Rey-Sahin: C'est le problème... J'ai fait l'enquête après.
capture
– M.Carrère d'Encausse: Vous avez mené une enquête sur le service de réanimation en décembre. Qu'avez-vous constaté?
– S.Rey-Sahin: Je savais où j'allais. J'y étais allée en tant que maman. Je ne m'imaginais pas tout le mal-être dans ce service. On déplace des enfants. Mon enfant est arrivé aux urgences à Trousseau. Il avait besoin de réanimation. Il est monté. Ily avait de la place. Tout s'est très bien passé. Aujourd'hui, ça ne se passe pas comme ça. Quand un enfant arrive entre la vie et la mort, Il n'y a pas assez d'infirmiers à Paris. On est obligé de faire mettre des lits. Si ça s'était passé cet hiver, le 5 décembre, on aurait cherché des lits partout dans les 5 réanimations pédiatriques de Paris. On m'aurait sûrement dit qu'il fallait aller à Lille ou à Orléans.
– M.Carrère d'Encausse: Certains
– S.Rey-Sahin: Les soignants sont plus que démunis. La réanimation pédiatrique étaitjusque-là un service très protégé. C'est un service de pointe très attractif. C'est la 1re fois qu'on ferme autant de lits et qu'on envoie autant d'enfants ailleurs.
– M.Carrère d'Encausse: Ça vous met en colère, en tant que maman?
– S.Rey-Sahin: Oui.
J'ai eu de la chance. C'est au-delà de la colère. Comment est-ce possible? Je ne comprends pas qu'on ne réagisse pas plus que ça. Avant ce reportage, plein de chefs de service avaient fait des tribunes. Ils mettaient en garde. Ily aurait un drame. On n'est pas à l'abri d'un accident, dans ce contexte. Ça me met en colère. Je veux surtout qu'on sache ce que c'est et qu'on revalorise ces infirmiers. On ne les paie pas assez bien.
capture