logo Le moteur de recherche de la télé

Le magazine de la santé


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 13h40 sur France 5

capture
–  M.Carrère d'Encausse: On répète les exercices 3 fois?
– K.Hellebuyck: Oui. Ensuite, on fait 5 fois, 7 fois,
– M.Carrère d'Encausse: Il faut se lever plus tôt!
– Pierre Charlier : Ça prend toute la matinée!
capture
– K.Hellebuyck: Pas du tout. C'est facile. Je vous conseille de les faire régulièrement.
– M.Carrère d'Encausse: On continue notre plongée dans le cirque à Châlons-en-Champagne. Chaque année, une école forme une quinzaine de professionnels.
– Pierre Charlier : Ils ont reçu une formation complète de techniques, de danse et de théâtre. Ils préparent leur corps à réaliser des exploits. Pour être des artistes de cirque, il faut aussi vaincre ses peurs.
– Guillaume s'est lancé dans une quête infinie. Sa spécialité, l'acro-danse. Il recherche l'alchimie parfaite entre des mouvements dansés et des figures acrobatiques. A 43 ans, il a une idée bien précise de la façon dont il souhaite exercer son métier.
– Avant, je jouais dans les prisons, les Ehpad. J'allais dans les lieux où on n'amène pas le cirque d'habitude. La rue est un environnement hostile Mais les acrobaties sont elles-mêmes hostiles pour le corps. Je peux jouer partout. J'ai un panel d'acrobaties. Je peux mettre mes acrobaties sur le béton, sans problème, sans que j'aie mal le lendemain. J'envoie peut-être moins que certains acrobates, mais c'est comme ça que je conçois mon travail.
– Avant de pouvoir danser dehors, à ciel ouvert, Guillaume a appris les bases de l'acrobatie avec son professeur dans un environnement adapté.
– Un enchaînement là-dessus, c'est aisé.
– Quand il a commencé l'apprentissage du cirque, Guillaume avait choisi le jonglage, une discipline abandonnée pour l'acrobatie.
capture