logo Le moteur de recherche de la télé

Pâtes à tartiner : que valent les nouvelles formules plus «saines» ?

La quotidienne


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 11h45 sur France 5

capture
–  M.Lauqué: Ce ne sont pas des médicaments.
– V.N'Sondé: Non. Là, c'est autre chose.
– M.Lauqué: Question pour Laetitia.
– Laetitia Barlerin : C'est vrai. J'ai regardé sur les graines vendues dans les supermarchés et les animaleries. Ily a bien marqué ce qu'ily a comme graines, mais il n'y a pas marqué d'où elles sont issues, si elles ont été traitées. C'est vrai. C'est une question à se poser. Pour qu'elles soient de bonne qualité, il faut qu'elles soient grasses. On conseille toujours ce qui est tournesol noir, notamment, car c'est plus riche en lipides, ainsi que la cacahuète, le ma' l's... Je conseille de prendre des graines bio. Ça existe. J'ai 4 marques à vous proposer.
– Thomas Isle : Ça ne doit pas être donné.
capture
– Laetitia Barlerin : Franchement... C'est légèrement plus cher. Les graines pour oiseaux ne sont pas chères. Ça doit être 10 à 20 % plus cher. Au moins, on est sûr que ce n'est pas traité. Il n'y a pas d'OGM. La LPO vend aussi des graines sans pesticides, sans OGM.
– Thomas Isle : C'est en magasin bio?
– Laetitia Barlerin : Pas forcément. Ily en a aussi en animalerie. Vous pouvez acheter des tournesols décortiqués. Déjà, l'enveloppe n'est plus dessus. Ou alors, des cacahuètes qui ont été cassées.
– Thomas Isle : Fabien, ils précisent Que ce n'est pas pour la consommation humaine!
– Fabien Bordu : Aboule! On va voir ça.
– M.Lauqué: Les boules de graisse ne sont pas mieux?
– Laetitia Barlerin : C'est plus facile à mettre sur un arbre que ces graines. Il faut surtout de la graisse. Il faut prendre des boules de graisse avec de la graisse végétale. C'est mieux que la graisse animale.
– Thomas Isle : L'autre jour, j'avais envie de mettre des graines de pin. Tu dis souvent qu'il ne faut pas. Tu dis même que c'est mauvais.
– Laetitia Barlerin : Ça gonfle dans l'estomac. Brouhaha.
– Thomas Isle : Merci. On se retrouve demain à 11h45. On abordera un sujet passionnant: le biomimétisme. Comment les scientifiques imitent la nature pour construire de nouveaux objets? Une terre riche et sauvage.
Une identité empreinte d'une profonde spiritualité que beaucoup ont essayé de dompter. Malgré sa petite taille et sa non-existence sur le plan des relations internationales, c'est pourtant Taïvvan et plus précisément Pingtung qui a vu débuter en 2007, un projet colossal, mondial, une véritable arche de Noé végétale. Plus qu'un jardin botanique, le centre de conservation du Dr Cecilia Koo a pour but de recenser et de collecter la totalité des espèces de plantes tropicales de la planète. Dans ces serres, plus de 30 000 espèces seront cultivées et protégées. Certaines ont déjà disparu à l'état sauvage, d'autres sont amenées à l'être. De la plus petite herbe aux plus impressionnants yuccas, ces plantes sont conservées et choyées par les équipes du conservatoire. L'universitaire Lee Cha' l' Way, biologiste, en est le directeur.
capture