logo Le moteur de recherche de la télé

Dans la chaleur du désert

L'Ouest américain


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 10h50 sur France 5

– C'est une occasion de renouveau. Le Pic des saguaros creuse son nid dans le tronc des cactus géants. Le Troglodyte des cactus et le Moqueur à bec courbe préfèrent se nicher dans les parties les plus épineuses pour protéger leurs petits. Ils sont tous à l'affût. Ils attendent la ruée des abeilles. Pendant quelques jours, elles sont des milliers à émerger du sol pour se reproduire. Les mâles se battent pour les femelles et les accouplements sont de véritables mêlées. Voilà des proies faciles. Par où commencer ? Ily en a partout. Les oiseaux usent de différentes tactiques pour attraper autant d'abeilles que possible. Avec un long bec, c'est plus facile. Dans le désert, il faut être prêt à sauter sur la moindre occasion. Et pourquoi partager ? En quelques heures, plusieurs milliers d'insectes finissent dans l'estomac de prédateurs. une autre ruée va avoir lieu. Après la pluie, quand la plupart des fleurs se sont flétries, les cactus géants entrent en scène.undefined
Les Saguaros produisent des fleurs d'un blanc crémeux pleines de nectar odorant qui attire d'étranges pollinisateurs. Des chauves-souris. Leur long museau et leur langue râpeuse les aident à extraire le nectar. Même si une fleur reçoit la visite d'une seule chauve-souris pendant un bref instant, c'est suffisant pour la féconder. Rien ne dure très longtemps, par ici. En l'espace d'une journée, chaque fleur s'ouvre, se fane et meurt. Elle a accompli sa mission. Dans la nature, faire des réserves d'eau est un défi majeur et peu d'espèces y parviennent. Pendant tout le printemps, les fourmis pot-de-miel ont recueilli le nectar des fleurs. Puis, au fond de la fourmilière, elles partagent ce trésor. Mais elles né le font pas par simple générosité. Les butineuses nourrissent d'autres ouvrières jusqu'à ce que leur abdomen se gonfle. Il peut atteindre 20 fois sa taille normale. Leur corps devient si gros qu'elles ne peuvent plus sortir du nid. Elles sont prisonnières à vie. Lorsque la nourriture se fait rare en surface, ces garde-manger vivants alimentent toute la colonie. Des centaines de ces fourmis régurgitent le précieux breuvage dans la bouche d'ouvrières affamées.