logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui, des nouvelles de nos invités


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 10h30 sur France 2

capture
– Il y avait peut-être 2 Kamel: le Kamel étudiant et le Kamel qui avait envie... Avec mon ex-compagne, on a eu une vie très fusionnelle.
– Félix Bollaert : Les professeurs savaient qu'en dehors de l'école, vous faisiez de grosses bêtises? Vos parents savaient qu'à l'école, vous étiez capable de merveilles?
– Kamel: Mes parents savaient que j'étais brillant à l'école, mais qu'est-ce que vous voulez... Ça ne m'intéresse pas vraiment de parler d'eux. A la fac, ils savaient que j'avais une double vie. Ils me disaient: "Quand tu es à la fac, tu es un bon étudiant, tu es respectueux. Ce que tu fais en dehors ne nous regarde pas."
– Félix Bollaert : Vous avez eu votre bac?
– Kamel: Oui, en étant major de promo de mon établissement.
capture
– Félix Bollaert : Votre histoire
– Kamel: Comme les 2 autres invités, j'ai fait au mieux avec ce que j'avais.
– Félix Bollaert : Vous avez continué à avoir cette double vie, vos activités illicites en dehors de la fac et l'étudiant brillant, major de promo, promis à un belavenir___ Enfin, qui pourrait être
– Kamel: C'est ça. J'avais comme une double vie. J'étais attiré par le fait de faire ce que je voulais, des actes délictueux qui font parfois du mal aux gens. A ce moment précis...
– Félix Bollaert : Vous vouliez faire quoi dans la vie à cette époque?
– Kamel: Je voulais tout. Je voulais être professeur, être bien.
– Félix Bollaert : Vous vouliez être prof?
– Kamel: Oui. Je voulais une belle histoire d'amour, des enfants, continuer à être dans mon quartier.
– Félix Bollaert : Vous vouliez juste une vie normale, un homme bien, en famille, avec des enfants, la normalité, une vie paisible. C'était ça, votre rêve.
– Kamel: En partie. Mais je n'arrivais pas à me détacher de ce côté délictueux dans lequel il y a des bons côtés. On fait ce qu'on veut, on n'a pas de patron... Je n'arrivais pas à faire de choix.
capture