logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui, des nouvelles de nos invités


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 10h30 sur France 2

capture
– On est dans des codes, des cadres. Ily a toujours une petite voix qui dit: "Ce n'est pas bien. Ne fais pas ça!" Il y avait aussi ça à travailler. D'un côté, j'étais soulagée parce queje connaissais le bon professionnel. Je connaissais toutes les difficultés.
– Félix Bollaert : Vous alliez pouvoir les aider à traverser, à passer à travers les mêmes écueils.
– Virginie: La dernière chose, c'est que la science a évolué. Quelque chose est en place, qui ne l'était pas à mon époque.
– Félix Bollaert : Quelâge ont vos enfants?
– Virginie: Mon fils aîné a 15 ans.
– Félix Bollaert : Vous êtes superjeune! Vous l'avez eu hyperjeune.
capture
– Virginie: A 23 ans. Ma fille a 11 ans.
– Félix Bollaert : Vous êtes impressionnante. C'est le mot qui vient. Vous êtes d'accord? On se sent petits. Kamel, votre parcours est l'histoire d'une réussite incroyable. Un jour, vous vous êtes retrouvé avec 2 chemins. "Quel côté prendre? Le bon ou le mauvais?" C'est vraiment ça. Vous avez vécu pendant très longtemps comme un vrai bad boy. Je n'aime pas l'expression... Comment dire?
– Kamel: Délinquant, et bon étudiant. Un bon mélange qui ne passe pas.
– Félix Bollaert : On regarde quelques images de votre enfance.
– Kamel naît en Algérie dans une famille modeste. Lorsqu'ila 6 ans, sa mère décide de déménager en France pour que ses enfants puissent évoluer dans le système scolaire français. Kameltrouve alors refuge dans les études. Applaudissements_
– Félix Bollaert : Vous avez grandi dans un climat familial très violent.
– Kamel: C'est ça. J'étais dans une famille où tout le monde tapait à peu près tout le monde. Mes parents me battaient, surtout mon père. Mon père battait ma mère. C'était le climat dans lequelj'étais, avec de la violence et de l'humiliation.
– Félix Bollaert : Quel petit garçon vous êtes devenu?
– Kamel: De l'enfance quej'ai eue, je suis devenu un enfant violent.
– Félix Bollaert : Mal dans sa peau, agressif?
– Kamel: Voilà, et qui n'était bien qu'à l'école.
– Félix Bollaert : C'est fou. En général, on parle des phobies scolaires. L'école a été votre refuge. Vous pouviez vous échapper de la maison.
capture