logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui, des nouvelles de nos invités


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 10h30 sur France 2

– Aujourd'hui, vous pensez au message que vous envoyez aux jeunes filles, aux petites filles qui étaient comme vous et qui se demandaient si, un jour, elles pourraient réaliser leurs rêves?
– Virginie: Le message que je leur envoie, c'est que, quand on veut vraiment, quand on croit en soi, Ça devient possible.
– Félix Bollaert : Vous en êtes la preuve. A quel âge avez-vous compris que vous étiez différente?
– Virginie: A 8 ans.
– Félix Bollaert : Pourquoi?
– Virginie: J'avais la chance, ou pas, je n'en sais rien, d'habiter dans un petit village. Tout le monde avait été sensibilisé par mes parents. Tout le monde connaissait des amis, des personnes qui pouvaient passer l'information. On ne m'a jamais fait sentir ma différence. Un jour, évidemment... Ilarrive unjour... J'étais invitée à un anniversaire de mariage d'un ami de mes parents. Je me suis retrouvée confrontée à des personnes qui ne me connaissaient pas. Mes parents ne connaissaient pas non plus une grande partie des personnes invitées. Ils n'avaient pas fait ce travail d'information, de sensibilisation. Nous nous sommes retrouvés entre nous. On a commencé à organiser des jeux collectifs. Le jeu était un "chat cache-cache"_ C'était la plusjeune qui avait été choisie pour courir après les plus grands. Je m'étais dit: "La pauvre, je vais lui proposer qu'on soit 2 pour aller courir après les grands..." Quand je lui ai fait la proposition... A l'époque, je parlais très mal. Je n'en avais pas conscience. Elle a réagi en disant: "Je refuse de jouer avec toi_" lui demande pourquoi. Elle répond: "Elle parle trop mal. On ne comprend rien_" J'ai marqué un temps d'arrêt. Je me suis pris un coup de poignard dans le dos. Ça a été violent. Le pire a été la suite. Le frère lui a expliqué: "Tu sais, elle est handicapée. Ilfaut être gentil avec les handicapés_" Ça partait d'une bonne intention. Je me suis dit: "Quoi?!"
– Félix Bollaert : Vous ne vous viviez pas handicapée.
– Virginie: J'étais différente, j'avais peut-être une voix un peu différente... J'avais plein d'amis. A l'école, ça se passait bien.