logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui, des nouvelles de nos invités


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 10h30 sur France 2

capture
– que c'était incompatible.
– Félix Bollaert : Vous avez été interpellé plus tard pour une grosse affaire?
– Félix Bollaert : Vous me racontez?
– Kamel: Cette affaire, c'est la fin de ma double vie. J'ai été impliqué dans une affaire de vol à main armée en bande organisée.
J'ai été interpellé à la fin de ma 2e année. J'avais bac+2 en biologie. J'ai appris plus tard que le policier qui m'a arrêté a attendu que je finisse mes études, que je passe mes examens de fin d'année pour m'interpeller_ C'est le directeur de la SRPJ d'Angers_ Il m'a dit plus tard qu'ilavait attendu 10 ou 15jours pour queje puisse passer mes examens. Je les ai eus etj'ai été incarcéré.
capture
– Félix Bollaert : Juste après? Pendant combien de temps?
– Kamel: Au début, 3 mois provisoires, en attendant le jugement. Je me dis qu'ily a eu du beau. Les enseignants-chercheurs de la faculté des sciences d'Angers ont appelé le juge d'instruction pour lui dire que la rentrée était le 5 septembre, pour queje sorte.
– Félix Bollaert : C'estjoli_ La police faisait en sorte que vous passiez vos examens et les professeurs disaient qu'il fallait que vous sortiez pour la rentrée. Le monde s'est mis autour de vous pour essayer de vous montrer le droit chemin. Vous avez eu des anges gardiens. Quand vous êtes incarcéré, vous vous demandez quel chemin prendre?
– Kamel: Tout n'est pas noir ou blanc, mais suite à cette incarcération, j'ai arrêté tout ce qui était délictuel. Je suis devenu honnête, du mieux qu'on peut. Je ne fais plus de mal aux gens. Ça remonte à 2011. J'ai tout arrêté, mais je n'avais pas encore d'avenir.
– Félix Bollaert : Vous vouliez devenir prof, c'est ça?
– Kamel: Oui. Je suis sorti le jour de la rentrée scolaire.
– Félix Bollaert : J'adore ce genre d'histoires.
– Kamel: Grâce à de nombreux Ils ont aidé Kamel Madani l'étudiant et n'ont pas jugé le délinquant.
Personne ne peutjuger le délinquant. Ce sont les juges qui me jugent. Les juges ontjugé le délinquant ont aidé l'étudiant. C'est lourd. J'ai eu l'occasion de reparler à l'un desjuges. Je ne peux pas le citer là. Il m'a dit qu'il n'avaitjamais vu des enseignants de la fac envoyer des courriers pour queje sois libéré, parce que j'étais présumé innocent.
capture